De l’argent frais pour Icade et l’ASF.

Icade et ASF ont récemment contracté chacune un emprunt, la première pour un montant de 1,55 milliards d’euros, la seconde pour 1,785 milliard.

La filiale autoroutière de Vinci a donc contracté un crédit syndiqué de 1,785 milliards d’euros. La société indique que l’offre qui a été déposée par le groupe a été souscrite à 1,5 fois prouvant un certain intérêt de la part des organismes financiers.

Les banques sont : Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ, Ltd. ; Crédit Agricole Corporate and Investment Bank; HSBC France; Natixis; Société Générale Corporate & Investment Banking ; Banco Bilbao Vizcaya Argentaria S.A.; Crédit Lyonnais ; Barclays Bank PLC ; BNP Paribas ; Commerzbank Aktiengesellschaft et le Crédit Mutuel-CIC Group représenté par : Crédit Industriel et Commercial ; Banque Fédérative du Crédit Mutuel ; ING Bank ; Lloyds Banking Group ; Mizuho Corporate Bank ; Royal Bank of Canada ; The Royal Bank of Scotland plc ; UniCredit.

L’emprunt signé par Icade totalise 1,55 milliards d’euros. Le conglomérat bancaire est formé par huit banques (BECM (Groupe Crédit Mutuel-CIC), BNP Paribas, Crédit Agricole Corporate & Investment Bank, HSBC France, Lloyds TSB Bank PLC, Natixis et Société Générale). L’emprunt totalisant 1,55 milliard d’euros est divisé en trois opérations :

– Un Crédit Moyen Terme, d’un montant de 625 millions d’euros et d’une maturité de 5 ans (avec un amortissement de 50% à la 4ème année) qui couvrira les besoins moyen terme combinés d’Icade et de Silic ;

– Un Crédit Renouvelable (RCF), d’un montant de 550 millions d’euros et d’une maturité de 3 ans, conclu dans le but de renforcer la structure financière d’Icade grâce à un accroissement des lignes disponibles ;

– Un Crédit à Départ Décalé (Forward Start), d’un montant de 375 millions d’euros et d’une maturité de 3 ans à partir de 2014 avec un amortissement linéaire chaque année, qui a pour but d’anticiper le refinancement d’une partie de l’échéance 2014 du crédit syndiqué de 900 millions d’euros d’Icade.

Chaque société met en avant la confiance des banques vis-à-vis de leurs sociétés. Une partie de chaque emprunt vise d’une part à conforter la trésorerie mais aussi à aider aux financements d’emprunts arrivants à termes. La notion de santé financière est donc relative.

INFO COMPLÉMENTAIRES

Compléments d'informations :

Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer