Les inquiétudes des candidats pour rentrer en école d’architecture.

Une info à partager ?

Un peu avant Noël, j’avais lancé un sondage auprès des candidats aux écoles d’architectures, c’est pour l’heure de vous livrer les résultats. Les candidats pouvaient choisir deux réponses parmi les dix proposées. Les résultats que je présente excluent les 65 votes blancs, ils prennent seulement en compte les 195 votes.

© Actuarchi

Les élèves de terminales ont souvent une vision très scolaire au sujet des écoles d’architectures, on le retrouve dans ce sondage, puisque près de un tiers des votants s’inquiètent de leurs notes. Un élève avec un 11 de moyenne peut être prit alors que celui de 15 sera refusé. En deuxième position, sans surprise, on a les performances artistiques. Certes le dessin est important en école d’architecture, mais ce n’est pas une compétence obligatoire pour rentrer. De nombreux étudiants ne savent pas faire un trait droit à main levé quand ils font leur première rentrée. Ceci dit, je recommanderais tout de même d’essayer quelques coups de crayon avant de commencer l’enseignement. Les soirées peuvent être longues, surtout quand il faut rendre un projet le lendemain, donc quelques acquis sont très appréciables. De plus les enseignants eux-mêmes encouragent les futurs étudiants au dessin dans le but de s’initier au volume et à l’espace.

Dans mon deuxième graphique j’ai regroupé les différentes options en quatre catégories. Il démontre bien que les éléments extérieurs comme la localisation des écoles ou leurs coûts n’effraient pas les postulants, même si au niveau du coût, on peut compter 30 € de dépense par mois en frais de maquettes. C’est aussi rassurant de voir que le bulletin scolaire n’a pas la majorité écrasante, d’autres facteurs comme la culture et l’aspect artistique sont bien présent. La preuve que l’architecture n’est pas un simple métier qui se réduit à A+B=X, mais que ce dernier est largement ouvert sur la vie. Comme Victor Hugo l’avait dit : « L’architecture est le grand livre de l’humanité, l’expression principale de l’homme à ses divers états de développement, soit comme force, soit comme intelligence ».

© Actuarchi

Malgré la motivation que certains peuvent avoir, la moyenne des admissions des écoles tourne environ à 10%, donc beaucoup pensent à un plan B. Des lycéens se tournent vers les MANAA ; d’autres se tournent vers une année de FAC d’histoire de l’art, je ne pense pas que ce soit l’une des meilleurs choses à faire. Ils y a deux autres orientations qui sont souvent prises, qui je trouve justifié et intéressante. Le BTS Design de l’Espace, la formation à part former un bon coup de crayon, développe la créativité artistique. Le DUT Génie Civil, il offre une vision pragmatique de l’architecture, on apprend les techniques de constructions, et aussi les astuces. La faisabilité des projets sera plus forte, et le coût certainement moins élevé, comme le duo Renzo Piano et Richard Rogers qui témoignaient que le Centre Georges Pompidou aurait coûté bien moins cher s’ils connaissaient les astuces de la construction. Cependant, si vous échouez aux épreuves d’admissions des écoles, je dirais que ce n’est pas si grave. Je m’explique, certaines écoles aiment conserver une certaine maturité et ne se gênent pas de préférer des étudiants aux lycéens. Au contraire c’est l’occasion de se pencher sur d’autres choses, développer une culture, car l’architecture, ce n’est pas seulement de l’architecture, c’est aussi de la photographie, de la peinture, de la musique, du cinéma, du théâtre etc. Les voyages sont très appréciés par le jury.

carte_n55

Cette année, les écoles d’architecture ont adoptés la procédure « admission post-bac », le portail du gouvernement pour gérer les orientations scolaires après le BAC. La période de préinscription va se terminer, puisque la clôture est le 20 mars. Après cette étape, chaque école est libre de son recrutement, une majorité comme l’école d’architecture de Nantes ou de Lille organisent un entretien, d’autres comme l’école d’architecture de Lyon ou Grenoble organisent des épreuves écrites. Celles-ci peuvent contenir une épreuve de dessin, un test de culture d’histoire de l’architecture et de technologie. On notera une spécialité à Grenoble qui choisit 40 dossiers sans passer par un entretien.