Quelles sont les normes et réglementations à prendre en compte pour une façade avec enduit sur isolant ?

L’isolation thermique par l’extérieur avec enduit sur isolant (ETICS) s’est développée notamment avec la réglementation thermique (RT2012…). Elle est notamment conditionnée par l’emplacement du bâtiment et la nature de son activité. Dans ce guide nous allons vous aider à respecter ces normes. Si vous avez des questions ou des remarques, n’hésitez pas à les faire en nous contactant par le formulaire de contact

Nous vous invitons également à consulter :

Vous devez savoir qu’il n’y a pas de DTU pour les ETICS (Systèmes d’isolation thermique par l’extérieur par enduit sur isolant). En revanche, vous devez suivre les Documents Techniques d’Applications (DTA) qui accompagnent l’évaluation de systèmes d’ITE qui sont évalués avec des Agréments Techniques Européens (ATE) ou Évaluations Techniques Européens (ETE). Si il existe un Cahier de prescriptions Techniques (CPT) édité par le CSTB pour les systèmes en PSE, il faut en revanche regarder le DTA pour tous les systèmes ayant recours à un autre type d’isolant (verre cellulaire, liège, fibre de bois, laine de roche…).

Réglementation thermique

Pour le neuf

Pour les projets non résidentiels et les logements en zone ANRU, la RT 2012 est applicable depuis le 28 octobre 2012. Pour les logements résidentiels, tous les permis de construire doivent l’appliquer depuis le 1er Janvier 2013.

Cette RT 2012 est composée de deux parties, la première concerne les exigences en terme de résultats, la seconde, les exigences de moyens.

Commençons par les résultats, voici ce que la RT 2012 vous demande :

En clair, pour atteindre ces chiffres, vous devez avoir une approche bioclimatique de votre projet, c’est à dire d’optimiser le bâtiment en terme d’orientation et de compacité. L’isolation de l’enveloppe du bâtiment est primordiale comme le hors d’eau hors d’air l’est. L’utilisation de techniques performantes est nécessaire : pompe à chaleur, chaudière à condensation…

Pour ce qui est des moyens, voici un tableau qui résume les actions à mettre en oeuvre :

 

Pour faire simple, la résistance thermique de la toiture doit être au minimum de 8,15m2K/W, d‘au moins 4 m2K/W pour les murs et de 4 m2K/W pour le plancher bas.

Pour la rénovation

La première étape est de savoir si vous devez suivre la RT Globale ou la RT élément par élément. Le schéma ci-dessous résume la démarche.

 

  1. Le premier critère de choix est donc la SHON (Surface Hors d’Oeuvre Nette) de votre projet, si elle est inférieure à 1000 m2, vous êtes en RT élément par élément.
  2. Si votre SHON est supérieure, vous allez devoir regarder le coût des travaux. Si le coût des travaux de rénovation thermique est inférieur à 25% de la valeur hors foncier du bâtiment, alors vous êtes en RT élément par élément. Pour information, au 1er janvier 2017, la valeur du bâtiment est de 382,5 € HT /m² pour les logements et de 326,25 € HT/m² pour les locaux non résidentiels.
  3. Si les coûts sont supérieurs alors vous devez prendre en compte la date de construction du bâtiment. Si le bâtiment a été construit après le 1er janvier 1948, alors vous êtes en RT élément par élément.
  4. Dans le cas contraire, vous êtes en RT Globale.

Maintenant que vous avez déterminé si vous êtes en RT Globale ou en RT élément par élément. Les choses sont simples. Pour la RT Globale, il vous suffit de prendre en compte la réglementation neuf. Si vous êtes en RT élément par élément, celle-ci nous dit que la résistance thermique minimale du mur doit être de 2,3 en zone  H1, H2, H3 (supérieur à 800m) et de 2 m2K/W en H3 inférieur à 800m. Pour rappel, voici la carte des zones.

Source : Myral

Cependant, les incitations fiscales vous invitent à avoir un Risolant supérieur ou égal à 3,7 m2K/W.

Voici un petit abaque sur la valeur R (Résistance thermique) en fonction de l’épaisseur de l’isolant et de sa conductivité thermique :

Réglementation acoustique

Après la thermique, passons à l’acoustique. La Nouvelle Réglementation Acoustique (NRA), (établie en 2000 donc plus trop nouvelle !) fixe une valeur d’isolation acoustique minimale pour les logements. Elle est de 30 dB pour les bruits extérieurs, donc à moins d’être à proximité d’une autoroute ou d’un aéroport, vous n’aurez pas de problème avec votre système d’ITE.

Particularité pour le logement

Petite astuce pour les logements, en augmentant l’épaisseur des voiles et planchers, vous augmentez les performances acoustiques. Pour du logement collectif, comptez sur 16 cm d’épaisseur de béton minimum en façade ou 20 cm si vous êtes en parpaing. De même, pour les planchers intermédiaires, comptez sur une salle de 21 cm de Béton minimum et 20 cm dans une construction en maçonnerie.

C’est l’article R. 111-4 du Code de la Construction et de l’Habitation (CCH)qui régit l’acoustique des logements. Depuis le 1erjanvier 2013, les MOA doivent fournir une attestation de prise en compte de la réglementation acoustique (décret 2011-604du 30 mai 2011 et arrêté du 27 novembre 2012) lors du dépôt de permis de construire.

Réglementation incendie

La réglementation incendie a pour objectif d’empêcher la propagation du feu sur les façades. Autrefois, le classement se faisait via les classes M1/M0. Maintenant, un nouveau classement européen est en vigueur, il s’agit des Euroclasses.

Identifier la classe de son projet selon la réglementation incendie.

Nous vous invitons tout d’abord à identifier la classe de votre projet afin de connaître l’exigence qui en résulte, il y a un guide Actuarchi pour ça :

Les exigences réglementaires en terme de réglementation incendie sont définies par un arrêté en date du 31 janvier 1986 et l’Instruction Technique 249.

La première chose que vous devez appliquer est la règle du C+D. Sa mission est de limiter la propagation du feu, la lettre C définie la hauteur entre allège au niveau vertical et la lettre D la distance horizontale entre le plan des vitres et le nu de la plus grande saillie de l’obstacle résistant au feu pendant au moins une heure qui sépare les murs ou les panneaux situés de part et d’autre du plancher. Pour aller plus loin, il y a un guide Actuarchi pour ça :

 

Les isolants classé au moins A2-S3, d0, il n’y a pas de dispositions constructives à mettre en oeuvre. Sinon, voici les dispositions à mettre en oeuvre, illustrées par Placo. Tout d’abord vous devez déterminer la situation dans lequel vous êtes. Voici comment le déterminez si vous n’avez pas de lame d’air :

 

Maintenant, si vous prevoyez une lame d’air, vous devrez utiliser la solution P6.1 ou P6.2 si votre épaisseur d’isolant est inférieur à 100 mm. Dans le cas contraire, si votre isolant est supérieur à 100 mm, vous devrez suivre la solution P6.1 et respecter la MCM.

Voici donc les solutions constructives réglementaires :

Solution P1 : Le treillis d’armature en fibre de verre du système armant l’enduit est fixé mécaniquement sur les champs périphériques de la baie. Cette disposition a pour objectif d’éviter le flottement du treillis au pourtour de la baie.

Solution P2 : Un renforcement au niveau des linteaux, tableaux et appuis de fenêtre est réalisé au moyen d’une armature supplémentaire en fibres de verre identique à celle du système.

Solution P3 :

  • Menuiserie au nu intérieur : Bandes de protection au-dessus de chaque baie au droit des linteaux et débordant de 300 mm de part et d’autre de la baie du gros oeuvre. La bande de protection se compose d’un isolant au moins classé A2-S3, d0 de masse volumique minimale de 90 kg/m3
  • Menuiserie au nu extérieur : En complément des dispositions ci-dessus, des bandes de protection identiques sont également disposées verticalement, protégeant le pourtour de la baie.

Solution P4 : Protection par bandes filantes : Un recoupement par une bande de protection horizontale filante sur tout l’étage est requis tous les deux niveaux. Pour les bâtiments abritant des locaux avec application du C+D, ce recoupement est réalisé à chaque niveau.

Solution P5 : Menuiserie au nu intérieur : Un encadrement en acier galvanisé ou inox de 1 mm d’épaisseur est fixé à la maçonnerie au pourtour de la baie.

Solution P6 :

  • Solution P6.1 : Le recoupement horizontal de la lame d’air entre les niveaux est réalisé par une bavette continue en tôle d’acier galvanisé ou inox de 15/10 mm d’épaisseur, fixée sur le support maçonné par chevillage au pas de 1 m.
  • Solution P6.2 : La protection au pourtour des baies est réalisée par une tôle d’acier galvanisé ou inox de 15/10 mm d’épaisseur.

Remarquez qu’une bande intumescente invisible en façade inventée par Sto permet de remplacer cette bavette, découvrez là ici.

Voici un tableau récapitulatif qui vous aidera à aller plus vite pour déterminer de degré d’exigence au feu de votre projet :

 

Pour conclure, voici un tableau récapitulatif des valeurs de C et D à mettre en oeuvre selon votre situation, il s’agit des exigences réglementaires définies par l’IT249 :

Réglementation sismique

Les isolation thermique par l’extérieur pour les ETICS sont réglementées suivant trois variables :

  • la localisation du projet (zone sismique)
  • l’usage du bâtiment
  • la masse surfacique de votre solution d’ITE

Nous allons tout d’abord déterminer la zone, celle-ci se décompose en 5 (remarquez que seule 4 concerne la France métropolitaine). Voici la carte :

 

La Guadeloupe, la Martinique et Saint-Martin sont en zone 5, soit la plus élevée.

La deuxième étape est de catégoriser le bâtiment. Cela va vous permettre de savoir si vous devez suivre des dispositions constructives particulières ou non. La couleur verte signifie que non, la couleur rouge signifie que oui.

 

Le dernier facteur à prendre en considération est la masse volumique surfacique. Voici donc votre réponse :

 

N’hésitez pas à suivre notre newsletter Actuarchi Techniques pour vous tenir informé de nos guides.

INFO COMPLÉMENTAIRES

Compléments d'informations :

Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer