Les 10 ingrédients secrets d’une architecture emblématique – ActuarchiSelected

Chacune de ces qualités uniques peut créer un bâtiment vraiment légendaire.

“L’architecture devrait parler de son temps et de son lieu, mais aspirer à l’intemporalité”

Les mots de Frank Ghery expriment le désir de beaucoup d’architectes de concevoir des bâtiments réellement emblématiques, ceux qui resteront en héritage de leur ingéniosité longtemps après que leurs auteurs soient morts. Mais qu’est ce qui rend un bâtiment intemporel ou emblématique ? Pour certains, la réponse réside dans l’innovation : Patrick Schumacher, membre du jury d’A+ Awards, a affirmé que la grande architecture doit impliquer “l’application convaincante de nouvelles idées” et que les bâtiments considérés comme emblématiques possèdent souvent un aspect novateur. Pour me musée Guggenheim de Ghery à Bilbao, c’était l’application du design paramétrique à grande échelle. Pour la Burj Khalifa, c’est une hauteur inégalée. Pour la tour Eiffel, c’était l’utilisation en nombre d’acier dans une ville définie par la pierre.

Au-delà de l’innovation pure, il y a beaucoup d’autres facteurs qui semblent surgir encore et encore quand on regarde l’architecture qui est largement reconnue comme emblématique. Certains d’entre eux peuvent simplement aider votre projet à triompher aux A+ Awards, un des principaux prix dans le domaine de l’architecture et des matériaux dont la date limite est ce 13 avril. Lorsque vous décidez de concourir à ce prix, jetez un coup d’œil sur ces 10 “ingrédients secrets” de la conception emblématique, chacun pouvant servir à booster le caractère légendaire du bâtiment…

1) Une silhouette unique

Certains mentors de l’histoire de l’architecture affirment que la clef de l’architecture emblématique à travers les siècles réside dans sa silhouette, et que les bâtiments les plus reconnaissables peuvent être dessinés d’un seul trait sur une page. Cette théorie vaut pour les pyramides du Caire, la Tour Eiffel à Paris et l’Opéra de Sydney. Certaines silhouettes sont uniques et d  le deviennent moins en raison de l’omniprésence de leur style – la forme classique de l’Empire State et Chrysler Buildings est un parfait exemple, mais ces tours restent toujours aussi emblématiques.

2) La pure simplicité

Dans la continuité et travaillant en conjonction avec la silhouette unique, la simplicité est un facteur commun trouvé dans nombre des plus célèbres monuments architecturaux au monde. Un geste singulier et saisissant peut aboutir à une structure hautement mémorable – il suffit de regarder la verticalité intransigeante des Tours Jumelles de Minoru Yamasaki, ou la forme lisse de St-Mary Axe de Norman Foster, également connu sous le nom de cornichon (Erick Gherkin). Bien sûr, il y a toujours ue exception à la règle – le musée Guggenheim de Bilbao de Frank Gehry est tout sauf simple, ce qui ne l’a pas empêché de se faire une place auprès des renommées mondiales.

3) La symétrie parfaire

Le Musée à Bilbao de Gehry casse encore les règles, mais c’est un musée qui est constamment présent lorsque l’on regarde les bâtiments les plus connus à travers le monde. L’Empire State Building, la Burj Al Arab, Haga Sophia, le Taj Mahal et le Bahai Lotus Temple utilisent tous une symétrie forte pour laisser une impression dans l’esprit de quiconque les visite. Il faut être un architecte courageux pour défier l’ordre de la symétrie, Daniel Libeskind en fait partie, en supprimant la symétrie du Musée d’histoire militaire de Dresde avec un effet controversé.

4) Une métaphore poétique

L’architecture a longtemps été utilisée comme un symbole pour représenter une personne, une région ou une ville entière – prenez le Gateway Arch à Saint-Louis, conçu par Eero Saarinen comme un monument à l’expansion occidentale des États-Unis et largement considéré comme un chef-d’œuvre de conception patriotique. Sur l’extrémité plus émotive du spectre, Santiago Calatrava, avec le terminal PATH à New York évoque l’envol d’un oiseau – une métaphore multicouche pour la liberté, la paix et l’esprit d’aventure, tous les éléments clés du rêve américain.

5) Une utilisation honnête des matériaux

De nombreux architectes à travers l’histoire ont préconisé l’utilisation des matériaux à leurs points forts et de les laisser exposés afin de communiquer leur nature. Des piliers en pierre du Parthénon aux coques en béton de Felix Candela, cela est resté un ingrédient commun dans la conception des bâtiments emblématiques indépendamment du contexte, du programme ou de l’échelle. Le Corbusier a exploité la solidité brute du béton à Chandigarh, Louis Kahn a utilisé la brique à Dhaka et Ahmedabad et Mies van der Rohe a laissé les poutres d’acier parler d’elles-mêmes dans des endroits comme la Maison Farnsworth .

6) Un moment de courage

L’artiste Henri Matisse a déjà dit que «la créativité demande du courage» et les architectes ne le savent que trop bien. Sortir de la convention pour produire une structure vraiment emblématique exige de la bravoure, quelque chose que Frank Lloyd Wright avait en tête. Prenons l’exemple de la maison Fallingwater : lorsque les Kaufmann lui ont demandé de concevoir leur maison de week-end, Wright devait placer la maison près de la rivière, dans un endroit qui encadrerait la belle cascade au centre du site boisé. Au lieu de cela, il s’est positionné directement au-dessus de l’eau qui coule, créant un moment de drame architectural qui a permis à la demeure d’être largement reconnue comme le bâtiment résidentiel le plus emblématique de la planète.

7) Un Génie incroyable

Comme l’a mentionné Architizer dans leur numéro spécial, bon nombre des icônes les plus appréciées au monde ont été façonnées en grande partie par des équipes d’ingénieurs innovants, travaillant en collaboration avec des architectes pour trouver des moyens de concrétiser leurs visions. Deux des exemples les plus connus sont la Tour Eiffel, du nom de l’ingénieur qui a raffiné ses éléments structuraux incurvés maintenant immortalisés, et l’Opéra de Sydney de Jørn Utzon, qui a été réalisé grâce à l’étroite collaboration entre l’architecte et les ingénieurs d’Ove Arup. L’exemple le plus récent provient de la forme du Centre Heydar Aliyev de Zaha Hadid Architects, une merveille sinueuse mise en scène avec l’aide de Werner Sobek , AKT et Tuncel Engineers.

8) Un défi au contexte

Tandis que de nombreux prix d’architectes récompensent des projets qui se fondent parfaitement dans leur environnement, il arrive parfois que la beauté d’un bâtiment réside dans son contraste contextuel. L’extension émotive de Daniel Libeskind avec le Musée juif de Berlin en est une excellente illustration – la forme métallique déchiquetée des Polonais-Américains est incongrue avec le langage architectural du musée existant, remplissant son rôle de structure surprenante qui représente le turbulent et souvent tragique voyage des Juifs à travers l’histoire récente.

9) Une trame de fond brillante

De nombreux bâtiments emblématiques revêtent une signification supplémentaire lorsque leur raison d’être est révélée. Prenez le Taj Mahal , par exemple – le mausolée orné a été conçu et construit pour Mumtaz Mahal, l’épouse préférée de l’empereur moghol, et a été un symbole chatoyant de l’amour pendant trois siècles et demi. Un poète anglais, Sir Edwin Arnold le décrit le mieux comme n’étant «pas un morceau d’architecture, comme d’autres bâtiments, mais la fière passion de l’amour d’un empereur façonné en pierres vivantes.» Peu d’œuvres d’architecture ont un pouvoir aussi émotif.

10) Le client idéal

« Derrière un bon projet vient un grand client », affirme Fran Silvestre de Fran Silvestre Arquitectos, et cette affirmation ne peut être plus pertinente en matière d’architecture emblématique. C’est parce que la poursuite de l’icône exige une grande volonté de la part de ceux qui la commandent, une volonté de supporter des revers inévitables et des complications potentielles de hors-budget que leur architecte s’efforce de créer quelque chose de complètement unique. Considérons la Villa Savoye, par exemple, où les clients ont donné à Le Corbusier «une telle liberté avec le travail qu’il n’était limité que par sa propre palette architecturale». Le résultat? Un exemple emblématique du modernisme résidentiel.

 

Cet article a été initialement publié sur Architizer. La rubrique ActuarchiSelected d’Actuarchi est une sélection des meilleurs articles publiés à l’étranger.



Derniers projets