L’Arbre Blanc de Montpellier, le miroir architectural de notre société

L’Arbre Blanc de Montpellier vient d’être inauguré, composé de 112 appartements pour une hauteur de près de 50 mètres, il a pour ambition d’offrir une alternative à la maison individuelle.

© Paul Maurer

Une bonne intention

L’idée de l’Arbre Blanc était d’offrir les qualités de la maison individuelle à ceux qui habitent en ville. Une ambition de plus en plus commune avec différentes manières d’y répondre. On peut y répondre en mixant les programmes, en superposant des maisons à des programmes plus volumineux. Le quator d’architectes Sou Fujimoto, Nicolas Laisné, Manal Rachdi et Dimitri Roussel à qui l’on doit des projets architecturaux de qualité semblent avoir été pris au piège. Celui d’offrir le maximum à ses clients au détriment du grand public.

© Paul Maurer

Un jeu de balcon et de lumière

Les balcons dessinent les façades, elles temporisent l’éclairage naturel des logements et par un savant jeu de pli et d’orientation, créer une variation de points de vue et de reflets. Il est intéressant de constater que les terrasses ne fonctionnement pas toutes de manière autonome, certaines sont reliées entre-elles à travers des escaliers offrant ainsi une expérience de déambulation pleine de légèreté (et de vertige).

© Paul Maurer

Un reflet architectural de la société

Si on se place du point de vue de l’habitant, l’Arbre Blanc est une réalisation très intéressante. Elle apporte une réelle valeur ajoutée comparée à une résidence plus traditionnelle. On peut réellement vivre sur les terrasses, il n’y a pas simplement de la place pour mettre une table et des chaises, on peut aussi profiter du beau temps pour se faire un petit palet.

© Paul Maurer

En revanche, si nous changeons de point de vue, en prenant celui d’un passant, les qualités architecturales se transforment en agressivité urbaine.

© SFA + NLA + OXO + DR

Vue du sol, l’Arbre Blanc est une enfilade de sous-face de balcon. Quoi de plus beau qu’une sous-face de balcon me direz-vous ? Surtout après quelques années… Toutefois, ce qui est le plus dérangeant dans cette opération, est l’oubli du regard de l’autre. Celui de faire en sorte que le piéton qui parcours l’espace public ne soit pas agressé.

© Paul Maurer

L’Arbre Blanc de Montpellier est une réinterprétation du « moi je », un oubli de l’autre et une magnificence de soi.

Un choix structurel audacieux

C’est du point de vue structurel que l’Arbre Blanc de Montpellier est le plus intéressant. En effet, comme vous pouvez le constater, les vues depuis les balcons ne sont pas coupées par des tirants en acier, pourtant certaines terrasses possèdent des porte-à-faux de 7,5 mètres.  Il y a certes quelques tirants à hauteur des garde-corps mais rien qui ne réduit la qualité des vues.

© SFA + NLA + OXO + DR

La mise en œuvre a été réalisée grâce à une technique inspirée des pont-levis. Une plateforme avec contrepoids motorisé a été construite spécialement pour le projet afin de fixer les terrasses à la structure de la tour résidentielle.

Galerie d'images, liste des intervenants et infos diverses en bas de page.

INFO DU PROJET

Entreprise du projet :

Calendrier du projet :

  • Mai 2019 : date de livraison

Explorer d'autres projets en fonction de ses caractéristiques :

Localisation :

Choix techniques :

Certifications :

Fabricant du projet :

Chiffres clefs :

Budget :

Surface :

10225

Parcelle :

Désolé, aucun fabricant ne s'est manifesté pour ce projet.

18 Partages
Partagez
Enregistrer
Tweetez
Partagez