Archway Studios à Londres par Undercurrents Architects

Nous commençons la semaine en nous rendant dans la capitale britannique, à la découverte d’un logement avec bureau qui épouse une ligne ferroviaire. Archway Studios a été réalisé par le cabinet anglais Undercurrent Architects.

© Candice Lake

Contexte urbain et social du quartier de Southwark

Si on veut faire un parallèle français, on pourrait le faire avec les lignes de métros aériennes lilloise. Même si elles offrent une forte porosité entres les futs de la superstructure, elles constituent une véritable barrière urbaine et sociale. Lorsque vous vous balader le long de la D750 (entre la Porte d’Arras et la Porte de Valenciennes) qui correspond au Boulevard d’Alsace et au Boulevard de Belfort, vous constatez qu’il a un tissu urbain au sud de la voie très différent du tissu au nord. En partie pour des questions historiques mais ce qui est intéressant d’analyser est le travail de sol. Les urbanistes de l’époque n’ont rien trouvé de mieux que d’aligner des places de parkings. Ainsi, la porosité en bas de la ligne est comblée par une succession de véhicule en stationnement. Nous avons donc un mur d’une dizaine de mètres de haut qui freine toute interaction entre ces deux « zones urbaines ».

© Undercurrents Architects

Dans le cas présent, la ville de Londres est structurée elle aussi par un maillage de voie ferroviaire aérienne, en particulier entre la gare de Waterloo et la London Bridge Station. L’infrastructure est cependant bien plus épaisse et opaque, elle date du 19ièmesiècle mais les conséquences économiques et sociales sont proches. L’infrastructure conçue à l’échelle du macro a pénalisé le dynamisme microéconomique de la ville, en d’autres termes, le commerce de proximité. La capitale britannique en est bien consciente, c’est pour cela qu’elle a lancé une opération qui consiste à valoriser ces porosités, de plus, la ville de Londres en compte plus de 10 000 arches. Ainsi, le conseil de Southwark a assoupli la réglementation afin de faire émerger des architectures innovantes qui serait vecteur de mixité sociale et remplacerait ces espaces urbains pour la plupart abandonnés.

© Candice Lake

Baigner de lumière une arche ferroviaire

Le site initial ne faisait guère rêver, il était occupé par un simple garage, à proximité, plusieurs décharges de ferrailles à ciel ouvert. C’est pourtant dans ce paysage que les architectes ont puisé leurs inspirations. Il faut souligner que le studio d’architecture n’est pas à son premier aménagement de voute ferroviaire. En 2013, il avait été lauréat du « House of the Year » à travers une solution qui permet d’aménager ces voutes de manière répétable tout en garantissant une sécurité vis-à-vis des ouvriers.  Cette solution résout les problématiques acoustiques du fait du passage des trains à moins de 2 mètres du bâtiment. Il en a résulté la création d’un isolant mince à base de paille et de caoutchouc qui se couple à des coussins vibrants afin de faire flotter la structure.

© Candice Lake

Le premier défi des architectes était de faire entre la lumière naturelle dans la voute victorienne. Pour cela, ils ont imaginé une peau fine qui de l’intérieur agit comme réflecteur de lumière. Par suite, des ouvertures ont été créés afin de maximiser la prise de lumière. Le second défi fut celui de créer des vues, car aucun être humain ne peut vivre comme une thermite ! L’agence Undercurrent Architects a ainsi scalpé l’enveloppe du bâtiment afin de créer des percements dirigés vers la rue. C’est derrière cette peau que se dissimule les différentes pièces du logement tandis que l’intérieur de l’arche est offert pour l’espace de vie.

© Candice Lake

 

Comment construire une coque mince et robuste ?

© Undercurrents Architects

Pour résoudre ce challenge, les architectes se sont inspirés des navires et des aéronefs. Cette peau d’acier a d’abord été construite en atelier avec une grille suivant un plan orthogonal. La seconde étape fut d’insérer une membrane amortissante entre les montants de celle-ci puis de combler l’enveloppe avec un isolant en vrac pour répondre au confort phonique et thermique. Elle est ensuite rendue étanche avec une membrane thermique. Enfin, la peau est revêtue d’un lattage à base de caoutchouc et d’un revêtement en acier pour se protéger des intempéries. Les panneaux préfabriqués ont été ensuite installé de la même manière (ou presque) d’une maison à ossature bois.

© Undercurrents Architects

Actuarchi publie chaque jour les derniers projets d'architecture en France, abonnez-vous aux newsletters du site le plus complet dans le domaine de l'architecture.

  • Architecte : Undercurrent Architects
  • Équipe : Didier Ryan, Alessandra Gianotti
  • BET : Eckersley O’Callaghan Engineers
  • Acousticien : Munro Acoustics
  • Photographe : Candice Lake

Certification :

Surface du terrain :

Surface du projet :

Budget :

Localisation :

Cliquez sur les fabricants des produits et matériaux du projet pour mieux les connaître :

Cliquez sur les entreprises du projet pour mieux les connaître :

Lancez la galerie du projet en cliquant sur les images :