Le Bateau Feu à Dunkerque par Blond et Roux

Le duo Marie-Agnès Blond et Stéphane Roux a achevé en décembre dernier la restauration du Bateau Feu de Dunkerque. Ce théâtre est composé de deux salles de spectacles, l’une de 712 places et l’autre de 189 places sur gradins rétractables.

© Eric Legrand

© Eric Legrand

Par essence, le théâtre est « intérieur », secret, clos. Pour que la fascination du spectacle opère, il doit s’affranchir des conditions de sa propre matérialité, réinventer sans cesse l’altérité de lieu et de temps.

Équipements de spectacles singuliers, les « Scènes Nationales » sont caractérisées à la fois par leur mission culturelle et éducative, leur organisation structurée, leur capacité d’accueil. Espaces de création et de découverte, elles cherchent à attirer l’attention, à révéler de nouveaux territoires, à repousser l’étendue des possibles. Des lieux prospectifs, incitateurs, engagés, qui jouent un rôle de première importance. De fait, l’espace architectural est le véhicule indispensable de leur réalisation, de leur accomplissement. « Ce qui se joue au théâtre est préalablement commandé par l’architecture » Denis Guénoun

© blond&roux architectes

© blond&roux architectes

Le « Bateau Feu » s’inscrit dans cet « activisme catalyseur », qui modifie le regard, qui transforme la perception, qui change le monde. Véritable « machine de visions », cet équipement ne « reçoit » pas le spectacle, il le porte, le révèle, le construit même. De fait, ce lieu central, fédérateur s’expose, transmet, irradie.

Dans Dunkerque en mutation, il fonctionne comme un repère, un point focal. Un véritable « Bateau Phare ». Pourtant, le bâtiment tel qu’il était avant sa forte restructuration, ne valorisait pas l’engagement de l’équipe de programmation. Au contraire, il la limitait à la fois dans son action (les 2 salles, collées l’une à l’autre, étaient mal adaptées à leur usage) et dans son rayonnement (son architecture, austère, mettait à distance le public, ne l’invitait pas à franchir le seuil).

© Eric Legrand

© Eric Legrand

Telle que prévue, la rénovation du « Bateau Feu » ambitionnait de renforcer les capacités technique et spatiale de cet outil. Mais aussi de reconstruire son identité, son image, au service d’une nouvelle fonctionnalité, d’un nouveau statut. Cette requalification en profondeur était envisagée par :

  • l’adjonction de surfaces manquantes, au travers de la création d’extensions sur le côté ouest et à l’arrière du théâtre,
  • la réévaluation des relations entre utilisateurs au sein du bâtiment (mise en oeuvre d’espaces communs utilisables par l’ensemble des usagers),
  • la requalification de l’accueil du public dans les différents espaces qui lui sont dédiés (notamment l’agrandissement du hall d’accueil et l‘optimisation du confort des salles)
  • la restructuration de l’ensemble des locaux de logistique (administration, technique),
  • la remise en conformité et à niveau des équipements techniques et scénographiques,
  • la mise en sécurité et en accessibilité du bâtiment.
© blond&roux architectes

© blond&roux architectes

« Wrapping is revealing » Christo. Pour répondre à cette demande, nous avons établi un projet basé sur les principes suivants :

  • le théâtre existant, conservé dans sa volumétrie, est recouvert, enveloppé, en façades Est, Sud et Ouest, d’une nouvelle « peau » (qui enserre également l’extension) tour à tour transparente ou opaque. Plus que sa limite, la nouvelle façade du bâtiment en constitue l’interface, changeante, qui dialogue avec l’environnement.
  • le hall d’accueil, lieu unique d’accès du théâtre est très largement ouvert sur l’extérieur. Vaste et lumineux, il s’étend vers les différents espaces d’accueil (bar, administration, accès aux salles, …) qui varient dans leur dimension et leur hauteur offrant ainsi une grande diversité d’utilisation potentielle pour le théâtre
  • la salle de théâtre principale, conservée à son emplacement initial, est restructurée pour répondre aux exigences du spectacle contemporain. La cage de scène est surélevée, agrandie, et totalement rééquipée. La salle est profondément remaniée (démolition et reconstruction du gradinage permettant d’offrir une même vision de la scène à l’ensemble des spectateurs) afin d’accueillir, dans des conditions optimum, 712 spectateurs (dont 16 PMR). Elle est réaménagée avec soin afin d’offrir une acoustique de qualité, quelque soit la nature des événements organisés.
  • la petite salle (« blackbox »), initialement accolée à l’ouest de la grande salle, est déplacée dans un nouveau volume, aux dimensions adaptées recevant un gradins rétractable. Elle accueille désormais 189 spectateurs dont 5 PMR. En se positionnant en parallèle de la salle de théâtre existante et en accueillant des manifestations de petites jauges, elle acquiert un statut comparable à celle-ci.
© Eric Legrand

© Eric Legrand

Outre qu’elle permet le fonctionnement simultané et indépendant des 2 salles (puisque parfaitement isolées l’une par rapport à l’autre, et desservies en parallèle, côté public, comme côté technique), la relocalisation de la petite salle libère des espaces qui, sans être modifiés, peuvent accueillir les espaces de logistique du spectacle (dégagement de scène, loges de proximité, …). La zone des artistes est regroupée au-dessus da la zone technique, dans le bâtiment lame en façade Nord. L’administration est positionnée au 1er étage, interface entre la zone publique et la zone des artistes.

© Eric Legrand

© Eric Legrand

Ainsi reconfiguré, le « Bateau Feu » s’affirme comme un équipement dynamique, innovant, prospectif. Un lieu de création, d’expérimentation et d’échanges, convivial, chaleureux, ouvert à toutes les esthétiques, à tous les publics. Le porte-parole rayonnant d’une action culturelle forte, tournée vers l’avenir.

  • Maître d’œuvre : blond&roux architectes
  • Maître d’ouvrage : Ville de Dunkerque
  • Localisation : Dunkerque, 59, France
  • BET structure et façades : VP&Green
  • BET fluides : espace temps
  • Scénographe : Artsceno
  • Acousticien : ALTIA
  • Economiste : thierry lhériteau
  • Eclairagiste : philippe michel
  • BET sécurité : BATISS
  • 1% Artistique : Laurent Pernot
  • Date d’études : février 2010 – juin 2011
  • Date de livraison : décembre 2013
  • SHON : 4 552 m²
  • SHOB : 7 359 m² (dont restructuration : 5 071 m², extension 2 288 m²)
  • Budget : 15 770 000 € HT
  • Photographe : Eric Legrand

Galerie d'images, liste des intervenants et infos diverses en bas de page.

INFO DU PROJET

Entreprise du projet :

Calendrier du projet :

Explorer d'autres projets en fonction de ses caractéristiques :

Programme :

Localisation :

Choix techniques :

Certifications :

Fabricant du projet :

Chiffres clefs :

Budget :

Surface :

Parcelle :

Désolé, aucun fabricant ne s'est manifesté pour ce projet.

Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer