Immeuble Le Jour à Paris par Studios Architecture

  • Septembre 2014 – Mai 2016 : Pré-Etudes et études
  • 5 Octobre 2015 : Obtention du PC
  • Juin 2016 : Début du chantier
  • 15 décembre 2017 : Date de livraison

L’agence Studios Architecture vient d’achever la réhabilitation de l’immeuble Le Jour, à proximité de la gare Montparnasse. Fruit d’une commande privée de Pitch Promotion, les architectes se sont associés à Bruther pour livrer cet ensemble de bureaux de 25 000 m2. L’agence états-unienne Studios Architecture née à San Francsico en 1985 est plus connue pour la réalisation de bureaux d’entreprises technologiques comme Apple, Airbnb, Linkedin ou Microsoft. Elle a notamment réalisé le Googleplex, siège historique de Google à Mountain View en Californie.

© Baptiste Lobjoy / STUDIOS Architecture

Contexte et implantation de l’immeuble de bureaux Le Jour

Construit en 1978, l’immeuble de bureau de 13 étages s’offre une restructuration lourde. Car si l’immeuble ne gagne pas d’étage, celui-ci s’épaissit. La parcelle de 3 680 m2 se situe à proximité immédiate de la station de métro Porte de Vanves de la ligne 13, face aux lignes ferroviaires qui mènent à la gare Montparnasse.

© STUDIOS Architecture

Comme vous pouvez le constater sur la photo ci-dessus, l’immeuble existant renvoyait une image dure, mais aussi décontextualisé. L’enjeu de cette rénovation était donc d’inscrire le bâtiment dans son contexte et lui offrir une apparence plus humaine. La première étape du chantier a donc consisté à dénuder le bâtiment pour conserver seulement sa structure en béton pour lui offrir une enveloppe de verre moins miroitante.

© STUDIOS Architecture

Composition architecturale de Studios Architecture

Lorsqu’on sait que la lumière naturelle apporte un bénéfice de productivité, faire entrer la lumière naturelle dans un immeuble de bureaux devient une priorité absolue. L’agence Studios Architecture pousse cette question à l’extrême avec une enveloppe entièrement constituée de murs-rideaux de Rinaldi. Toutefois, on peut s’interroger sur le devenir des immeubles de bureaux, vont-ils tous se résumer à des murs-rideaux. Heureusement pour les architectes, les fabricants de vitrages font preuves d’innovation avec des verres sérigraphiés, des verres électrochromes ou encore des vitrages solaires. On peut donc, en plus de la morphologie et de l’opacité de la profondeur spatiale, jouer avec les différentes réflexions que renvoient ces vitrages.

© Baptiste Lobjoy / STUDIOS Architecture

Dans le cas du projet Le Jour, c’est sur la courbure de l’enveloppe que les architectes ont travaillé. Adieu les facettes de l’immeuble existant, l’extension qui vient se greffer sur la façade de la rue Raymond Losserand offre une grande courbure aux cinq premiers étages de l’immeuble. Cette greffe permet de passer la surface des plateaux de 1 700 m² à 2 500 m², permettant ainsi de proposer des open space. James Cowey, de l’agence Studios Architecture, explique : « Le rapport entre le bâtiment et le quartier environnant a été pensé comme un dialogue et une réconciliation à travers l’utilisation de strates et de courbes. »

© Baptiste Lobjoy / STUDIOS Architecture

J’étais passé devant le bâtiment quelques temps avant sa livraison quand les ouvriers s’attelaient aux finitions. Ce qui avait retenu mon attention à l’époque, c’était le traitement de l’entresol. Ces espaces sont souvent négligés, résumés à une verrière coincée entre des pignons ou derrière un local poubelle (ou de vélo). Pour le bâtiment Le Jour, c’est tout le contraire, celui-ci est très lumineux tout offrant un espace vert au socle du projet.

© STUDIOS Architecture

Le bâtiment a été conçu en suivant trois strates : la strate du rez-de-chaussée, celle de l’extension et la dernière qui garde la morphologie d’origine. Le décalage à mi-hauteur du bâtiment permet d’accueillir une grande terrasse le long du bâtiment. Le Jour s’achève sur un panorama parisien, une partie des locaux techniques existants ont été converti en lounge derrière un bardage métallique ondulé. La toiture est aussi dotée d’une toiture végétalisée.

© David Cousin-Marsy / Tishman Speyer

Le rez-de-chaussée se développe sur deux hauteurs, il dessert la cafétéria, des salles de réunions et les locaux de service comme la conciergerie. La salle polyvalente pouvant être modulée en trois salles de réunions dispose d’une entrée indépendante et peut accueillir jusqu’à 300 personnes. Cet espace est bordé par un jardin en forme de goutte d’eau et par la double hauteur donnant sur le premier niveau de sous-sol qui abrite notamment un restaurant de 350 places assises. Le jardin, conçu dans un esprit de sous-bois a permis à l’immeuble Le Jour de recevoir le label Biodiversity. Cet espace composé d’arbres, de bosquets et de clairières peut être couvert grâce à un auvent.

© Baptiste Lobjoy / STUDIOS Architecture

Intérieurs des bureaux

Le traitement intérieur se veut noble. Pour se faire, les architectes ont laissé apparent le béton brut des poteaux, le sol est revêtu de pierre naturelle de Moleanos pour l’accueil. Une fois le hall franchi, notre regard est attiré par cette niche habillée d’un revêtementbi-matière céramique aspect acier Corten et verre émaillé. Il met ainsi en avant la banque d’accueil qui se permet d’oublier toute signalétique tant la préciosité de la matière guide les visiteurs. Cette logique est reprise pour les autres services. La circulation verticale est quant à elle assurée par des ascenseurs Otis qui se logent dans des niches traitées en verre blanc émaillé.

© Baptiste Lobjoy / STUDIOS Architecture

En ce qui concerne les plateaux de bureaux, la clarté a été privilégiée. Ainsi les murs sont peints en blanc, le sol est recouvert d’une moquette Interface de couleur claire qui participe également à l’affaiblissement du bruit. La transparence du vitrage cherche à rapprocher les employés du cadre urbain. La protection solaire est gérée par des stores vénitiens motorisés.

© Baptiste Lobjoy / STUDIOS Architecture

Choix techniques et environnementaux

L’immeuble Le Jour reçoit la mention Very Good du BREEAM, la NF HQE TM Bâtiments Tertiaires et le label BBC Effinergie  Rénovation 2009. Question thermique, l’agence d’architecture nous assure que l’étude réalisée en phase PRO permet un gain de 55,41% sur la RT existante. Interrogés par Actuarchi, les architectes précisent : « La production de chauffage est assurée par le réseau urbain (CPCU) via une sous-station d’échange adaptée aux besoins. Les faux-plafonds rayonnants offrent une température intérieure de confort de 19° (pour -5° extérieur en hiver) et 26° (pour 32° en été) ». Les faux-plafonds Barcol-Air choisis permettent d’assurer à la fois le chauffage en hiver et à la fois le rafraichissement en été.

© STUDIOS Architecture

L’ensemble des équipements techniques (CVC et éclairages) sont pilotés par une GTC (Gestion Technique Centralisée) ouverte et évolutive afin d’assurer un confort pour chaque espace de travail. « Les postes de travail sont équipés de connecteurs réseaux en attente, installés en plinthes aluminium par les façades, parois fixes, faux-plafond et dans l’habillage des poteaux.Les luminaires encastrés, de type Led, sont adaptés à la trame du faux-plafond. Ils sont asservis à la détection de présence, avec une commande locale de luminosité (niveau d’éclairement 300lux) » ajoutent les architectes.

© STUDIOS Architecture

Actuarchi publie chaque jour les derniers projets d'architecture en France, abonnez-vous aux newsletters du site le plus complet dans le domaine de l'architecture.

Lancez la galerie du projet en cliquant sur les images :