Ecole CentraleSupélec à Saclay par OMA

L’agence néerlandaise OMA a fusionné Supélec et l’École Centrale sur le plateau de Saclay. Retour sur un équipement d’enseignement supérieur qui casse les codes des campus universitaires depuis son ouverte l’année dernière.

© Philippe Ruault

Le projet mené par l’architecte Clément Blanchet qui a quitté sa fonction de directeur des projets d’OMA en France pour s’installer à son compte à Paris, se développe sur 48 700m²pour un montant total de 250 millions d’euros. Les architectes étaient accompagnés des bureaux d’études Bollinger+Grohmann, Alto Ingénierie et du néerlandais DHV.

© Victor Oliveira

Lors du concours remporté en 2012, OMA était face à Cruz y Ortiz Arquitectos avec Jean-Pierre Pranlas-Descours ; Dominique Perrault Architecture ; Dietmar Feichtinger Architectes ; Atelier Barani avec AWP.

Contexte et implantation de CentraleSupélec

Le plateau de Saclay, on le connait tous. Les usagers du RER B aussi connaissent Saclay… Il a offert de nombreux concours à des architectes privilégiés mais leurs habitants souffrent d’un manque de transport, de commerces. Certes ce plateau accueille désormais de grandes écoles mais il n’a pas encore tous les ingrédients qui donnent envie d’y vivre.

© OMA

CentraleSupélec s’implante à Gif-sur-Yvette dans l’Essonne, au sein du campus Paris-Saclay. La ville de 21 000 habitants hébergera prochainement l’ENS de Saclay dessinée par Renzo Piano.

plan de RDC © OMA

Composition architecturale d’OMA

L’école CentraleSupélec ne suit pas les logiques courantes des campus traditionnels. L’agence OMA conteste les bâtiments constitués de grands couloirs où viennent s’agglomérer des boites intériorisées. C’est donc dans cet esprit que l’agence de Rem Koolhaas a eu pour objectif de créer une ville laboratoire. C’est à dire un seul et unique lieu où l’ensemble des étudiants travaillent, se rencontrent, partagent leurs journées. Cette unité se traduit par la création d’un seul volume, imposant, tramé par des rues intérieures, le tout coiffé d’ETFE.

© Philippe Ruault

Afin d’échapper à dureté de la trame, qui est accentuée par des matériaux brut comme le béton ou encore des garde-corps métalliques, les architectes sont venus bousculer cette rigueur en créant une artère principale qui coupe le parallélépipède par sa diagonale. On remarquera au passage l’astucieuse position de l’amphithéâtre qui offre une capacité de remplissage sans équivalent avec des portes conséquentes menant directement à rue principale. On remarque d’ailleurs l’influence néerlandaise dans cet amphithéâtre dépourvu de tablette pour écrire ou poser son ordinateur. Certes le confort d’écriture est diminué mais il souligne une notion fondamentale de la pensée nordique. L’école est un lieu d’échange, d’enrichissement collectif. Ce n’est donc pas un amphi comme nous le pensons mais bien un hémicycle pour le débat.

© Philippe Ruault

Un débat qui pourra être poursuivi dans cet immense espace de rencontre à la croisée des chemins des différents départements d’enseignement. Le foyer central est simplement meublé de tables, de chaises et de fauteuils. On y mange, on y travaille, on partage un café, bref on y vie. Peut-être un peu trop, favorisant un entre-soi d’ingénieurs pour la future élite déconnectée des réalités.

© Philippe Ruault

L’intention des architectes d’OMA était toutefois de créer une ouverture. Celle-ci fonctionne très bien pour les étudiants où la limite des départements est rompue au profit d’un espace commun sans réel limite. Cette confluence d’étudiants permet permet ainsi de casser les sentiments d’appartenance souvent cultivée par l’architecture même. Toutefois, l’ouverture sur le monde extérieur, sur la rue est plus délicate. Pas sûr que tout le monde ose franchir le seuil de cet espace de savoir.

Actuarchi publie chaque jour les derniers projets d'architecture en France, abonnez-vous aux newsletters du site le plus complet dans le domaine de l'architecture.

  • Architecte : OMA
  • Équipe en phase concours : Fred Awty, Felicity Barbur, Clément Blanchet, Eugenio Cardoso, Alicia Casals, Phil Handley, Helena Hiriart, Li Huang, Didzis Jaunzems, Sangwoo Kim, Pierre-Jean Le Maitre, Maria Aller Rey, Ida Stople
  • Équipe en phase d’études : Clément Blanchet, Edouard Pervès, Saskia Simon (Project Architects); Pedro Pitarch, Alonso Anton, Anikeev Tolis Apostolidis, Gabriella Bandeira, Lourdes Carretero Botran, Jonathan Bourhis, Matthieu Boustany, Paloma Bule, Eugenio Cardoso, Alban Denic, Gilles Guyot, Christopher Hayman, Aleksandar Joksimovic, Cristina Martin de Juan, Min Hong, Khor Sangwoo, Kim Lina Kwon, Pierre-Jean Le Maitre, Elida Mosquera Martinez, Ioana Mititelu, Edmondo Occhipinti, John Paul Pacelli, Marcus Parviainen, Maria Aller Rey, Ana Rubin, Kristin Schaefer, Jad Semaan, Timur Shabaev, Saul Smeding, Lingxiao Zhang
  • Équipe lors de la construction : Edouard Pervès (Project Architect); Mauro Altana (Site Manager); Joanna Fregnac, Glaucia Hanne, Cristina Martin de Juan, Iris Maass, Pierre-Jean Le Maitre, Vitor Oliveira, Saskia Simon
  • Architecte associé : Clément Blanchet Architecture
  • Paysagiste : D’Ici Là
  • BET : Bollinger+Grohmann, ALTO Ingénierie, DHV
  • Consultants : APEX Brian Cody, DAL, DUCKS, Cuisine et Concept, Polygraphik
  • Maquette : Vincent de Rijk, OMA
  • Perspective : Artefactory
  • Photographes : Philippe Ruault, Victor Oliviera, Antoine Cardi

Choix techniques :

Certification :

Programme :

Surface du terrain :

Surface du projet :

Budget :

Localisation :

Cliquez sur les fabricants des produits et matériaux du projet pour mieux les connaître :

Cliquez sur les entreprises du projet pour mieux les connaître :

Lancez la galerie du projet en cliquant sur les images :