Forum et jardin des Halles à Paris par Seura Architectes

jardin des halles paris seura architectes (1)

© Seura Architectes

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name:”Tableau Normal”;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent:””;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:8.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:107%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family:”Calibri”,”sans-serif”;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}
Rappel du contexte

Situé au coeur de la capitale et réalisé dans les années 70, le Forum des Halles constitue le plus grand ensemble souterrain accessible au public, jamais réalisé en Europe. Agencé sur cinq niveaux de sous-sol, il regroupe un pôle multimodal de transports en commun, un ensemble commercial de premier plan, des équipements publics de culture et de loisirs ainsi que des équipements sportifs. Dans son enceinte, sont également présents une voirie souterraine et plusieurs parcs de stationnement.

En surface, le jardin des Halles est à la fois un lieu de transit et de détente, fréquenté par de nombreux publics d’origines diverses, riverains, promeneurs, touristes, chalands, voyageurs… Premier jardin ouvert créé à Paris, inclus dans le plus vaste secteur piétonnier européen, il s’étend du Forum à la Bourse de commerce sur une surface de 4,3 hectares. Créé en 1986, il comportait dès l’origine plus de 40% de surfaces minérales et de nombreuses surfaces inaccessibles au public.

Plus de trente ans après leur ouverture, les Halles pâtissent de la sur-fréquentation et montrent des signes de vieillissement accéléré. L’aménagement de la grande gare souterraine, équipement générateur du site moderne qui a transformé le lieu en la première porte d’entrée dans Paris, n’est plus à la hauteur des enjeux ; les espaces de transport sont peu visibles en surface, et les 800 000 voyageurs qui les arpentent quotidiennement ne disposent pas d’accès confortables. De son côté, le jardin souffre d’un morcellement qui génère des parcours chaotiques et une difficulté à se repérer dans le site. Les vues lointaines sont peu nombreuses et une vision globale du lieu est difficile à appréhender. C’est dans ce contexte que l’agence Seura Architectes intervient sur le projet de réaménagement des Halles et livre, aujourd’hui, la première partie du futur jardin de ce site métropolitain majeur.

jardin des halles paris seura architectes (13)

© Seura Architectes

Le projet en bref

Dans l’objectif de réinsérer les Halles dans l’enchaînement des grands espaces publics du centre de Paris et de créer un espace de convivialité pour tous les publics et à toutes heures, le projet d’aménagement du quartier des Halles, en site occupé, propose de restituer les continuités urbaines et de réorganiser l’espace public en surface et en souterrain, sur un territoire allant de la Bourse de commerce au Centre Georges Pompidou. Pour cette première porte d’entrée dans Paris, site central du Grand Paris, le projet réunit plusieurs échelles d’intervention et s’adresse autant aux riverains qu’aux Parisiens et aux Franciliens.

jardin des halles paris seura architectes (12)

© Seura Architectes

Cette opération complexe, menée par Seura Architectes, inclut des interventions sur le Forum souterrain et sur la partie émergée des Halles ainsi qu’une restructuration des espaces publics attenants ou proches. Parmi ceux-ci, le jardin des Halles a une position centrale. Au-delà de la nécessité d’intervenir pour pallier les différents défauts ou dégradations diagnostiqués, le réaménagement du jardin s’inscrit dans la réorganisation générale des parcours et des flux et, dans cet objectif du projet urbain, d’une nouvelle mise en relation entre le monde souterrain et la surface.

Tout d’abord, une liaison forte sera instituée entre le Forum et la place Basse, par la mise en place d’escaliers et d’escalators dans l’axe du nouvel espace central dégagé, en surface, et par le glissement sous la Canopée du jardin, vaste prairie tenue entre deux lisières boisées qui redonne au site toute son ampleur. Ces lisières seront positionnées dans la continuité des ailes de la Canopée, renforçant l’effet perspectif de l’aménagement.

Le projet de réaménagement du Forum des Halles

Dans le cadre du réaménagement des Halles, Seura Architectes est en charge de la restructuration du Forum. Deux axes ont été privilégiés dans le cadre du projet : l’amélioration des liaisons entre le monde souterrain et la surface et la transformation des espaces souterrains dans une recherche de lumière, de visibilité et de confort.

jardin des halles paris seura architectes (3)

© Seura Architectes

Des liaisons entre l’intérieur et l’extérieur plus évidentes et plus confortables.

Pour cette nouvelle relation à créer entre ville et sous-sol, il fallait un trait d’union. Ce sera la place Basse. Protégée par la Canopée, en lien direct avec le jardin, elle dessert trois niveaux du Forum et leur apporte un éclairage naturel. Dans le projet, cet espace redevient central et donne une lisibilité à tout l’aménagement.

Les trois portes – Rambuteau, Berger et Lescot – sont restructurées et les deux premières approfondies d’un niveau pour maintenant donner accès à la salle d’échange RER. De nouveaux matériaux, plus clairs, sont mis en oeuvre pour réduire l’effet de confinement générateur de stress en sous-sol. Un marbre de Savoie est posé au sol et les plafonds en staff sont blancs. Garde-corps, rambardes d’escalators et même marches d’escaliers sont en verre pour réduire les obstacles visuels et améliorer la compréhension de ces espaces. Les mails sont traités dans la continuité de la surface, avec des courbes dans les faux-plafonds qui génèrent une fluidité dans l’esprit de la Canopée et des aménagements végétaux du jardin.

réaménagement des Halles de Paris. livraison du jardin partie nord-ouest.

© Sophie Loubaton

Porte Lescot, un nouveau groupe d’ascenseurs est mis en place et l’escalator principal, surnommé « le tube » par le public, ce qui en dit long sur la sensation d’enfermement qu’il suscite, est remplacé avec les escalators latéraux par un système unique de quatre escalators – deux montants et deux descendants – desservant tous les niveaux et offrant des perspectives dégagées des mails et du patio.

Certains des gros poteaux ronds des différents niveaux sont habillés d’un nouveau système de tubes de LED, affichant des images en temps réel des vitraux de l’église Saint-Eustache ou de la façade du Centre Georges Pompidou, créant un lien fort avec la surface et introduisant la notion du passage du temps dans ses différentes homonymies : le jour et la nuit, l’été et l’hiver, le soleil, la neige et la pluie.

Galerie d'images, liste des intervenants et infos diverses en bas de page.

INFO DU PROJET

Entreprise du projet :

Calendrier du projet :

Explorer d'autres projets en fonction de ses caractéristiques :

Programme :

Localisation :

Choix techniques :

Certifications :

Fabricant du projet :

Chiffres clefs :

Budget :

Surface :

Parcelle :

Désolé, aucun fabricant ne s'est manifesté pour ce projet.

Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer