Jetée d’Hastings par dRMM en Angleterre

L’agence d’architecture londonienne dRMM (de Rijke Marsh Morgan) a reçu le Stirling Prize du RIBA l’année dernière ainsi que sept autres distinctions pour la réalisation de la Jetée d’Hastings (Hastings Pier). Retour sur un projet que personne ne pouvait financer.

© James Robertshaw

Contexte du projet

Nous sommes à Hastings, ville de 100 000 habitants à 85 km au sud-Est de Londres. La ville est connue des français pour la guerre qu’elle a abritée en 1066 entre le français Guillaume Le Conquérant et le dernier roi anglo-saxon d’Angleterre, Harold Godwinson. Guillaume Le Conquérant remporta cette bataille puis devint le roi d’Angleterre. Quelques siècles après, en 1870, après la proclamation de la république, c’est au tour de l’empereur Napoléon III de s’y réfugier brièvement avec sa femme, trois ans avant sa mort. C’est à cette période, en 1872, que la jetée d’Hastings fut construite.

© Alex de Rijke

La jetée fut ensuite détruite par le feu en 1917 puis reconstruite en 1922. Dans les années 60, la jetée devient célèbre pour l’accueil de grands événements de musique, les stars de l’époque comme les Rolling Stones ou Pink Floyd y jouent leurs concerts. Malheureusement, en 1990, la jetée subit une tempête qui la touche de plein fouet et celle-ci est alors réparée au niveau du sol mais sa structure reste quant à elle très endommagée. La qualité de celle-ci ne s’arrangeant pas avec le temps, elle est fermée pour des raisons de sécurité en 2006. La municipalité envisage alors de la détruire pour un coût de 4 millions de livres sterling, toutefois, une action citoyenne défend la jetée et essaye tant bien que mal de redonner à ce lieu une vocation culturelle. Un projet permettant une promenade est alors prévu mais en 2010, un incendie ravage la jetée et 95% de la structure est endommagée comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus.

L’architecte du projet © RIBA et Peter Wilkinson

Quelle jetée reconstruire ?

Lorsque les architectes anglais dRMM commence leurs travaux sur la jetée d’Hastings, une question vient de suite, quelle jetée construire au 21ièmesiècle ? Il existe plusieurs types de jetées, celles qui ont pour but de protéger un port de la houle et du vent, celles pour recevoir les passagers et les cargaisons de bateaux nécessitant des eaux profondes pour s’amarrer, ou encore les jetées dont la vocation est principalement culturelle comme celle d’Hastings.

© Jim Stephenson 2017

Reconstruire la jetée avec ses fondations

Le projet des architectes vise tout d’abord à reconstruire la superstructure à l’identique et offrir à nouveau cette grande surface de plancher. L’objectif est de pouvoir à nouveau recevoir des manifestations culturelles comme des spectacles, des fêtes foraines ou des concerts. La jetée longue de 266 mètres a ensuite été recouverte d’un bois d’Afrique de l’Ouest planté dans une démarche de développement durable. L’ancienne réception des visiteurs, au pied de la jetée est aussi restaurée pour y abriter un restaurant.

© dRMM Architects

Le nouveau pavillon d’accueil

Le nouveau pavillon d’accueil s’implante au cœur de la jetée, en lieu et place de la partie la plus fragilisée de la jetée. Comme vous pouvez le voir sur la coupe, l’implantation du nouveau centre repose sur une nouvelle structure qui permet ainsi de répondre de manière pérenne aux exigences structurelles de la construction.

© Alex de Rijke

L’enjeu du pavillon est d’étendre l’utilisation de la jetée en hiver en proposant des espaces intérieurs où peuvent être organisés des conférences, des rencontres. Les volumes créés sont d’une grande simplicité, on notera au passage les clins d’œil à la houle à travers l’orientation des lames de bardage mais aussi du vitrage dont l’allège, servant d’assises, permet de créer des rencontres inédites.

© Jim Stephenson 2015

Une approche environnementale et un réemploi des matériaux

Loin d’oublier le passé, les architectes ont décidé de réemployer le bois du revêtement de sols de la jetée (celui qui a survécu à l’incendie) pour l’utiliser au niveau du bardage. On retrouve ces mêmes bois dans le mobilier extérieur qui meuble le belvédère formé par la toiture du pavillon. Pour ce qui est de l’intérieur, les architectes ont gardé l’ossature en lamellé-croisé avec des poutres en lamellé-collé fabriquée par KLH apparente, afin de ne pas alourdir l’enveloppe budgétaire du projet avec des matériaux comme des plaques de plâtre. Toutefois, le projet n’a pas pu prétendre à la certification BREEAM étant donné le budget serré de l’opération dont la dépense principale a été prise pour la rénovation de la structure de la jetée.

© Jim Stephenson 2017

Un succès couronné

Les architectes de dRMM ont reçu huit récompenses pour la réalisation de ce projet dont le plus prestigieux au Royaume-Uni, le Stirling Prize délivré par le RIBA. Il y a maintenant plus de 300 000 visiteurs supplémentaires à Hastings depuis la réouverture de la jetée. La résultante économique est estimée à 1,2 million de livres sterling et de 40 nouveaux emplois. Le 15 juin dernier, la jetée a été rachetée par le multimillionnaire Abid Gulzar.

© Alex de Rijke

  • Architecte : dRMM (de Rijke Marsh Morgan)
  • Équipe : Alex de Rijke, Michael Spooner, Satoshi Isono, Junko Yanigasawa, Eoin Horgan,
  • Oli Cunningham, Tom Etchells
  • Maître d’ouvrage : Hasting Pier Charity
  • BET Structure : Ramboll
  • BET TCE : Ramboll
  • Économiste : PT Projects
  • OPC : PT Projects
  • Revêtement de sols : Hastings & Bexhill Wood Recycling
  • Entreprise de menuiserie : TCUK Construction
  • Mobilier : dRMM and Hastings & Bexhill Wood Recycling

Certification :

Surface du terrain :

Surface du projet :

Budget :

Localisation :

Cliquez sur les fabricants des produits et matériaux du projet pour mieux les connaître :

Cliquez sur les entreprises du projet pour mieux les connaître :