Projet de Snøhetta pour Lascaux IV

© Snøhetta

© Snøhetta

Les architectes norvégiens ont cherché à prendre parti du site à la manière de l’homo-sapiens qui profita du relief de la roche pour mettre en forme ses peintures. Ce geste se traduit par une incision dans le bas de la colline de Lascaux, de là se crée une faille pentue laissant entrevoir le chemin de la connaissance. Elle s’ouvra vers le village de Montignac, au nord, d’où arriveront les visiteurs.

© Snøhetta

© Snøhetta

Le projet s’est distingué dans sa mise en scène orchestrée par le scénographe anglais Casson Mann. Une fois entré dans le bâtiment, le visiteur est prié de déposer ses smartphones ou autres tablettes pour enfiler « une cape d’explorateur » et une torche interactive.

© MIR

© MIR

Le visiteur commence sa visite par une ascension à plus de 10 mètres de hauteur pour se retrouver sur le belvédère, toiture engazonnée dont la structure résulte d’un empilement de calcaire. De là commence une expérience auditive et olfactive  qui nous replonge à l’époque de l’homo-sapiens.

© Snøhetta

© Snøhetta

La visite se poursuit par un chemin descendant qui mène au FAC-similé qui est la reproduction à l’identique de la grotte originale de Lascaux. Le visiteur se met donc dans la peau des explorateurs de 1940 qui ont découvert le site. Plongé dans le noir, ce sera à l’aide de sa torche qu’il observera les parois de la grotte.

© Casson Mann

© Casson Mann

À sa sortie, le visiteur entre dans le jardin de la grotte. Cet espace pédagogique présente une série de fragments de la grotte de Lascaux. Cet espace est traité par les architectes de manière sacrée avec un éclairage naturel zénithal dessinant une faille rocheuse en toiture. Le visiteur pourra approfondir sa découverte avec sa tablette interactive et donc personnaliser le contenu de sa visite.

© Casson Mann

© Casson Mann

La quatrième zone est appelée «Théâtre de l’art Pariétal » et revisite l’évolution de l’Homme jusqu’à aujourd’hui. Elle est suivie par la salle des dômes qui analyse les différentes peintures du monde entier. Elle se dote également d’une salle de projection.

© Snøhetta

© Snøhetta

Le visiteur se plonge ensuite dans une confrontation entre l’art pariétal et l’art moderne. Cette salle sera entièrement tapissée de panneaux interactifs. Elle achèvera la visite pour s’ouvrir sur la brasserie et le restaurant plein air. Je vous invite à présent à découvrir le projet classé deuxième.

  • Maître d’œuvre : Snøhetta
  • Équipe : Kjetil T.Thorsen, Frank Kristiansen, Igor Duolé, Craig Riley, Daniel Unger
  • Maître d’ouvrage : Conseil Général de la Dordogne
  • Localisation : Montignac, 24, France
  • Architecte associé : Duncan Lewis
  • Scénographe : Casson Mann
  • Réalité augmentée : Jangled Nerves
  • Économiste : VPEAS
  • BET Structure : Kephren
  • BET Fluide : Alto Ingénierie
  • BET Acoustique : Daniel Commins
  • Éclairagiste : 8’18’’ Conception lumière
  • Début de chantier : janvier 2014
  • Date de livraison : mai 2016
  • Surface d’emprise : 65 770 m²
  • SHON : 8 605 m² dont 1 600 m² de FAC-similé
  • Budget : 34 000 000 € HT (15 500 000 € HT pour le bâtiment ; 9 900 000 € HT pour la scénographie et les équipements scénographiques ; 5 000 000 € HT pour la FAC simulé ; 3 600 000 € HT pour les aménagements extérieurs).

Actuarchi publie chaque jour les derniers projets d'architecture en France, abonnez-vous aux newsletters du site le plus complet dans le domaine de l'architecture.

Choix techniques :

Certification :

Programme :

Surface du terrain :

Surface du projet :

Budget :

Localisation :

Cliquez sur les fabricants des produits et matériaux du projet pour mieux les connaître :

Cliquez sur les entreprises du projet pour mieux les connaître :

Lancez la galerie du projet en cliquant sur les images :