Lego House, le musée du Lego par BIG à Billund au Danemark

Lego est une marque unique, qui a façonné l’enfance de nombreuses personnes et a certainement révéler le métier d’architecte à plus d’une personne. D’ailleurs, le Lego est aujourd’hui utilisé en entreprise, lorsque j’ai participé à des ateliers d’UX (User Expérience) qui ont pour objectif de matérialiser l’expérience client au sein d’une boutique, d’un commerce ou plus généralement d’un ERP, on utilise systématiquement des Lego afin d’accélérer la phase d’idéation d’un projet. Cela permet à des personnes, qui n’ont pas suivi des études d’architecture de se projeter dans leur futur quotidien et de remettre en question certains éléments du programme. Ce qui est parfois nécessaire avec certaines maîtrises d’ouvrages.

© Iwan Baan

Les Lego ont donc de beaux jours à venir et la marque a ainsi désignée la célèbre agence danoise BIG (Bjarke Ingels Group) pour concevoir la Lego House, le musée du Lego.

© Kim Christensen

Contexte et implantation du Lego House

La marque Lego n’est plus à présenter, elle est d’ailleurs depuis 2014 la première marque de jouets dans le monde. Lorsque vous êtes une marque d’envergure internationale, comme le sont Lego, Apple ou Louis Vuitton, vous devez entretenir la notoriété de celle-ci et valoriser son histoire quand, en l’occurrence, elle repose sur une histoire de roman (après l’aide de l’équipe marketing bien sûr). C’est dans ce contexte que le musée de la marque Lego est né. La proposition de valeur forte de la marque est qu’à travers cette simple brique, on peut tout créer. C’est une brique universelle qui répond à la créativité de chaque enfant. L’enjeu de ce musée est donc de démontrer l’étendue des possibles de la célèbre brique de plastique. Nous ne sommes donc pas dans le registre des Legoland qui sont des parcs d’attractions, mais bien dans la contemplation de la marque qui permet aussi de raviver la nostalgie des grands qui pourquoi pas leur donneront l’envie, à la fin de leurs visites, de partager ces moments de bonheur avec leurs propres enfants en s’équipant à nouveaux de petites briques en plastiques.

© Iwan Baan

Le projet s’implante où la marque de jouet est née, à Billund, ville de 26 000 habitants. Il complète ainsi le Legoland Billund qui a ouvert en 1968 et qui est visité par près de 2 millions de personnes chaque année. Le site est au cœur de la ville, c’est cet emplacement géographique qui a conduit les architectes à développer une expérience urbaine et ainsi rendre le musée accessible par les toits. Par suite, des auditoriums extérieurs sont créés à travers le tassement de différentes marches, une technique que l’on retrouve dans de nombreux projets de BIG.

Composition architecturale de Bjarke Ingels

La Lego House met en scène le caractère sacré de la brique à travers un empilement de boites couronné par la forme explicite de la célèbre brique qui vient se poser comme une clef de voute à l’édifice. C’est en effet grâce à ce simple petit objet en plastique que tout s’est développé.

© Iwan Baan

Une fois à l’intérieur de la Lego House, le visiteur est plongé dans une grande galerie urbaine illuminée par la lumière zénithale venant des lanterneaux. Cet espace dégageant de grandes portées est délimité par les différents éléments publics du programme, c’est à dire le café, la boutique Lego, le guichet mais aussi les bureaux. Pour les visiteurs qui seraient de passage à Billund, notez que l’entrée dans le forum est gratuite, seuls les étages sont payants.

© Iwan Baan

Le musée s’organise autour de quatre thématiques qu’il est possible d’identifier à travers les couleurs qui se développe au-dessus du carré central de 2 000 m2. Le rouge représente ainsi la créativité ; le bleu, la connaissance ; le vert, la sociabilité et le jaune matérialise l’émotionnel. Cet aspect coloré est assez surprenant lorsque l’on se rend au musée car de l’extérieur, le bâtiment renvoie un aspect très sobre avec son parement en céramique blanc. Ce n’est qu’en entrant ou en grimpant les marches extérieures pixellisées du bâtiment que l’on mesure le rôle de la couleur.

© Iwan Baan

Le traitement mural blanc est poursuivi à l’intérieur du musée, il a pour intérêt de garder l’expérience agréable et reposante pour les grands enfants notamment. Cela permet aussi de mieux mettre en lumière les pièces colorées qui constitue l’attraction des salles. Seuls les revêtements de sols et les parements muraux des circulations sont colorés, reprenant la signalétique d’ensemble.

© Iwan Baan

La cerise sur le gâteau, ou plutôt la brique culminant à 23 mètres de haut, accueille la Masterpiece Gallery. Elle est couverte par huit grands lanterneaux circulaires qui abrite une collection de créations aimés des fans. La terrasse, accessible par deux escaliers permet d’offrir aux visiteurs un panorama à 360° sur la ville de Billund.

© Iwan Baan

Choix techniques et matérialité du musée

Question technique, on peut regretter que le bâtiment ne soit pas réalisé en bois. Rappelons que la marque Lego a été inventée par un menuisier qui après l’incendie de sa menuiserie. Ole Kirk Christiansen, le fondateur, s’est mis à créer des miniatures de ses créations avec des copeaux de bois. Nous étions en 1924, soit huit ans après l’ouverture de la menuiserie. C’est ensuite qu’il a commencé à créer des jouets à tracter comme des camions ou des voitures. Ce n’est qu’en 1949 avec le développement du plastique que la marque Lego s’est mise à créer des briques en plastique avec un système autobloquant qui a mis des années avant de fonctionner réellement. Bien-sûr, à l’époque personne n’en voulait, rien ne vaut un jouait en bois, n’est-ce pas ? Ce n’est qu’après des années de perfectionnement mais aussi le début de la création d’un univers Lego que la marque se développa telle qu’on la connaît aujourd’hui. Ainsi, comme pour l’avenir du métier de l’architecte l’est, ce n’est pas dans la matérialisation des ouvrages que la valeur se créée mais dans sa manière à créer un imaginaire pour le client.

© Iwan Baan

Pour en revenir à la structure du Lego House, celle-ci est constituée de grandes poutres d’acier totalisant 1 900 tonnes. Des proportions proches du génie civil, qui ne sont aucunement mis en avant mais servent de délimitation spatiale, notamment pour le forum central. Les proportions de la brique 2 X 4 ont été respecté dans tous les éléments du bâtiment, que ce soit pour les carreaux de céramique emmaillé qui enveloppe les murs ou dans le dimensionnement du mobilier.

© Iwan Baan

  • Architecte : BIG – Bjarke Ingels Group
  • Équipe : Bjarke Ingels, Finn Nørkjær, Brian Yang, Snorre Nash, Andreas Klok Pedersen, Agne Tamasauskaite, Annette Birthe Jensen, Ariel Joy Norback Wallner, Ask Hvas, Birgitte Villadsen, Chris Falla, Christoffer Gotfredsen, Daruisz Duong Vu Hong, David Zahle, Esben Christoffersen, Franck Fdida, Ioana Fartadi Scurtu, Jakob Andreassen, Jakob Ohm Laursen, Jakob Sand, Jakub Matheus Wlodarczyk, Jesper Bo Jensen, Jesper Boye Andersen, Julia Boromissza, Kasper Reimer Hansen, Katarzyna Krystyna Siedlecka, Katarzyna Stachura, Kekoa Charlot, Leszek Czaja, Lone Fenger Albrechtsen, Louise Bøgeskov Hou, Mads Enggaard Stidsen, Magnus Algreen Suhr, Manon Otto, Marta Christensen, Mathias Bank Stigsen, Michael Kepke, Ole Dau Mortensen, Ryohei Koike, Sergiu Calacean, Søren Askehave, Stefan Plugaru, Stefan Wolf, Thomas Jakobsen Randbøll, Tobias Hjortdal, Tommy Bjørnstrup
  • Maître d’ouvrage : Lego
  • BET : COWI, Dr. Lüchinger+Meyer Bauingenieure, Jesper Kongshaug, Gade & Mortensen Akustik, e-Types
  • Photographe : Iwan Baan, Kim Christensen

Certification :

Programme :

Surface du terrain :

Surface du projet :

Budget :

Localisation :

Cliquez sur les fabricants des produits et matériaux du projet pour mieux les connaître :

Cliquez sur les entreprises du projet pour mieux les connaître :

Lancez la galerie du projet en cliquant sur les images :