OMA dévoile la nouvelle École Centrale Paris à Gif-sur-Yvette sur le plateau de Saclay.

© OMA

© OMA

Hier, l’agence néerlandaise OMA a dévoilé son projet urbain pour le quartier Joliot-Curie situé sur la commune de Gif-sur-Yvette sur le plateau de Saclay ainsi que le premier bâtiment de l’École Centrale Paris dont elle a remporté la conception. Ces deux opérations constituent deux marchés séparés. Lancé en septembre 2011 et dont la sélection a été effectuée le 24 mai 2012 par un jury de 20 personnes présidé par Hervé Biausser, directeur de l’École Centrale Paris, le concours pour la nouvelle école centrale a retenu cinq équipes : Cruz y Ortiz Arquitectos avec Jean-Pierre Pranlas-Descours ; Dominique Perrault Architecture ; Dietmar Feichtinger Architectes ; Atelier Barani avec AWP ; OMA.

© MDP-XDGA-FAA-MSTKA

© MDP-XDGA-FAA-MSTKA

Le projet s’implante au Sud du plateau de Saclay qui a pour vocation de devenir le pôle de référence français dédié à l’innovation. Ce projet urbain acceuillera à terme en 2025 15 000 habitants, 20 000 enseignants-chercheurs, 30 000 étudiants et 21 000 salariés. Ce vaste plateau est orchestré par le paysagiste Michel Desvigne avec le cabinet d’architecture AREP et les bureaux d’études ALTO-STEP, Tritel, Sogreah et Setec. Parmi les programmes forts de ce projet urbain, on retiendra l’ENS Cachan, une partie de l’université Paris-Sud et l’École Centrale Paris.

© OMA

© OMA

On parle de ce projet en tant que projet urbain et non campus universitaire. C’est tout l’enjeu de ce plateau : « Sur le Plateau, nous voulons donc créer, dans le même mouvement, un ensemble universitaire et un quartier urbain attractif, vivant, confortable, pour les étudiants, les chercheurs, mais aussi pour des familles, de nouveaux habitants de Gif. Quand je dis « ville », je ne préjuge pas des formes urbaines, qui devront être innovantes. Avec le Maire de Gif, nous ne voulons pas faire la « cité des étoiles » de l’ex-URSS, réservée aux académiciens, mais un territoire où vivent des familles avec enfants, des écoles, des crèches, des commerces, des équipements culturels et sportifs » commente Pierre Veltz, Président-directeur général de l’Établissement Public Paris-Saclay.

© OMA

© OMA

L’École Centrale Paris se situe au centre du quartier Joliot-Curie piloté par l’agence OMA. Il accueille déjà une partie de l’Université Paris-Sud, Supélec, le Centre de formation de la Police Nationale et 200 logements étudiants. Ce quartier s’organise autour de trois espaces majeurs : la grande diagonale traversant l’École Centrale passant par la future station de métro ; le carré des Sciences ; la rue Joliot-Curie qui deservira les commerces, équipements, logements et les établissements d’enseignement du quartier.

© OMA

© OMA

Le premier bâtiment de l’École Centrale Paris remporté par OMA totalise 36 000 m². Un second concours décernera l’équipe pour le second bâtiment de l’École Centrale Paris au premier semestre 2013 dont la surface devrait avoisiner 34 000 m², portant ainsi la surface de l’école à 70 000 m². L’architecte Clément Blanchet qui travaille également sur le Parc des Expositions de Toulouse est en charge des projets français d’OMA.

© OMA

© OMA

 « Nous avions en tête l’idée de ruche, en faisant bien plus qu’un clin d’oeil à l’abeille chère à l’ECP. L’enjeu est de faire cohabiter les connaissances pour susciter l’innovation. De là le projet que nous avons imaginé, inscrit dans le quartier du Moulon, à partir d’une trame structurelle en forme de grande halle qui articule les différents univers de connaissances incarnées par les laboratoires, les unités de recherche de formation et de travail. Tout cela doit participer d’un désordre créatif en favorisant la rencontre, l’échange de connaissances, leur partage. Une diagonale publique y contribuera en obligeant à traverser le champ de savoirs de l’ECP tout en favorisant le dialogue avec d’autres établissements comme Supélec et l’ENS Cachan » introduit Clément Blanchet.

© OMA

© OMA

Le bâtiment est constitué d’une vaste halle de 159 mètres de long par 127 mètres de large pour 12 mètres de hauteur. Cette trame en béton abrite un ensemble de salle organisées suivant des rues nommées Eiffel ou encore Peugeot, en référence à l’histoire industrielle française. Laboratoires, salles de travail, espaces de repos et de détente se côtoient et se confondent. Chaque salle est libre de se transformer, de s’agrandir. La trame de béton est généreuse en portée, elle supporte la toiture de l’édifice et devient le support des salles éventuelles. Un sous-sol technique assurera la mobilité des laboratoires. Ensuite les salles sont délimitées par des cloisons amovibles ou des voiles de BBM. L’objectif de cette organisation est de permettre une transformation rapide et à moindre coût des espaces de travail. Le devenir des locaux actuels est aujourd’hui inconnu, ils sont la propriété de l’Etat et leur devenir ne sera tranché qu’après le départ de l’école en 2016 par la mairie de Châtenay-Malabry.

© OMA

© OMA

  • Maître d’œuvre : OMA
  • Maître d’ouvrage : Ecole Centrale Paris
  • Localisation : Gif-sur-Yvette, 91, France
  • Paysagiste : D’ici là
  • BET : Bollinger+Grohmann, CVA
  • BET Environnement : Alto Ingenierie
  • BET Acoustique : DHV
  • Économiste – OPC : DAL
  • Date de concours : juillet 2012
  • Début du chantier : début 2014
  • Date de livraison : septembre 2016
  • Surface : 36 000 m² (premier bâtiment)

Actuarchi publie chaque jour les derniers projets d'architecture en France, abonnez-vous aux newsletters du site le plus complet dans le domaine de l'architecture.

Choix techniques :

Certification :

Programme :

Surface du terrain :

Surface du projet :

Budget :

Localisation :

Cliquez sur les fabricants des produits et matériaux du projet pour mieux les connaître :

Cliquez sur les entreprises du projet pour mieux les connaître :

Lancez la galerie du projet en cliquant sur les images :