Description du projet :

Situé au cœur de la technopole Nice Écovallée, le projet urbain Joia Méridia vient d’être dévoilé. Actuarchi vous propose une visite de ce projet qui se veut proposer une architecture azuréenne contemporaine, en écho avec le Nice historique, il totalise 73 492 m2 et les premiers bâtiments seront livrés en 2020.

Le lieu : Joia Méridia au cœur de la technopole de Nice

Le projet s’installe sur les 24 hectares de la ZAC Nice Méridia qui épouse l’autoroute A8 lorsque l’on se rend à l’aéroport de Nice. Cette ZAC est un projet prioritaire de la ville et à vocation à s’entendre sur 200 hectares. Le projet se situe entre le cours de l’Université, l’Avenue Simone Weil et le cours Robini. Cette dernière avenue recevra l’extension de tramway qui mènera jusqu’au stade dont sa mise en circulation est programmée pour 2020.

© Lambert Lenack

Les entreprises lauréates : L’appétit de Pitch comblé avec Eiffage

L’opération urbaine est emmenée par les promoteurs Pitch Promotion et Eiffage Immobilier, du côté de la maîtrise d’œuvre, le projet est ensuite coordonné par le cabinet d’architecture Lambert Lénack. Les différents bâtiments ont été confié à plusieurs architectes : le japonais Sou Fujimoto, l’italien Cino Zucchi, les français Laisné Roussel, Roland Carta, Chartier Dalix, Anouck Matecki et complété par le paysagiste Alain Faragou.

Les dates clefs de Joia Méridia :

C’est ce 17 janvier que l’annonce a été faîte, voici un résumé des grandes dates du projet :

  • Décembre 2016 : lancement de l’appel à projet
  • Mars 2017 : sélection de quatre candidatures
  • 20 décembre 2017 : désignation des lauréats par un jury d’architectes et d’urbanistes de renommé internationale.
  • 1er trimestre 2018 : signature de la promesse de vente et désignation officielle du lauréat.
  • 2nd trimestre 2018 : dépôt des premiers permis de construire
  • Fin 2019 : livraison des parcs urbains
  • 2020 : sortie des premiers bâtiments

Le projet urbain : Priorité aux logements et commerces de proximité

Le projet urbain comptera 800 logements qui totaliseront 51 300 m2. Plusieurs typologies et gammes de logements y seront présents : du logement social, des logements en accession sociale, ainsi que des logements libres et maîtrisés, sans que leur nombre soit précisé. Du point de vue des services, Joia Méridia disposera de 6 100 m2 (à titre de comparaison, l’hypermarché Carrefour Nice Lingostière est de 14 809 m2), de 5 000 m2 pour la Cité du Bien-être dessinée par Laisné-Roussel, de 2 850 m2 de bureaux et services et enfin 1 220 places de parking privés et publics.

© Lambert Lenack

Lors de la conférence de presse, Christian Estrosi (Maire de Nice, Président de la Métropole, Président de Président délégué de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et Président du conseil d’administration de l’EPA NICE ÉCOVALLÉE, « J’ai souhaité que ce nouveau quartier soit un véritable lieu de vie, animé en permanence, à l’opposé des quartiers périphériques habituels. Joia Meridia répond à ce voeu, tout en faisant écho à la ville traditionnelle méditerranéenne. Un urbanisme réfléchi, une architecture de pointe et un paysage sublimé y jouent pleinement leur rôle pour une qualité de vie restaurée ». Le discours a été complété par Olivier Sassi, directeur général de l’EPA NICE ÉCOVALLÉE, « Joia Méridia incarne l’ambition de l’EPA à aménager selon des critères prédominants de durabilité, d’innovation, d’insertion paysagère et de haute qualité architecturale. Ce quartier est une invitation renouvelée à un art de vivre azuréen ».

© Anouk Matecki

D’un point de vue urbanistique, le projet dispose de trois places, chacune d’entre-elles est délimitées avec une architecture différente. La place Méridia occupe une place singulière dans le projet, située au centre, elle se veut à échelle humaine avec des bâtiments de 7 à 8 niveaux pour la border.

Les architectes de Joia Méridia ont appliqué le concept de la minéralité diaphane. Il s’agit en fait de suivre trois principes, le premier est l’art de bâtir méditerranéen, le second de créer un mode de vie en prise avec le climat, enfin le dernier va être de donner une identité légère à travers le traitement des hauteurs.

© Lambert Lenack

Les toitures des niveaux R+6, R+7, R+8 et R+9 seront traités avec ses sols végétalisés. Ces jardins appuieront le caractère agricole de la Plaine du Var. Les toitures des niveaux supérieurs seront quant à eux revêtues de panneaux photovoltaïques.

Sou Fulimoto : Une tour qui fait des vagues

La tour de Sou Fujimoto est marquée par la profondeur et la sensualité de ses courbes. Garnis de végétation, ses balcons ont pour vocations d’apporter une fraicheur à ses résidants. On appréciera la finesse des balcons mais aussi ses percements qui permettent de faire entrer la lumière naturelle. Son volume a été dimensionné en échos de l’immeuble Pléiade des Ateliers Jean Nouvel.

© Sou Fujimoto

Laisné-Roussel : Une place de bien-être

Le projet dessiné par l’agence Laisné Roussel accueille trois fonctions, le logement d’artiste, l’hôtellerie ainsi que des salles de sports traitées à l’air libre et développé sur trois étages.

Vous pouvez découvrir ce projet en détail dans cet article ou encore consulter la fiche projet de celui-ci.

© Laisné Roussel

Une opération immobilière smart

D’un point de vue technique, une centrale de production géothermique assurera le chauffage de l’ensemble du macrolot. La gestion des besoins thermiques sera gérée par un réseau de distribution spécifique à débit variable. L’avantage de gérer plusieurs bâtiments aux fonctions différentes permet de faire des transferts thermiques, ainsi par exemple, on peut se servir de la chaleur accumulée dans les bureaux pour la restituer dans les logements le soir. Toutes ces mesures entrent dans une approche de Smart-Grid Ready.

Joia Méridia proposera des logements nomades, des studios partagés et mutualisera ses parkings afin de rationaliser ses ressources.

© Cino Zucchi

Un espace de vie responsable de l’environnement

Le projet urbain sera labélisé ÉcoVallée niveau excellent (consommation énergétique inférieure de 20% à la RT 2012, production solaire 100% autoconsommée, au moins 25% de consommations couvertes par des EnR hors géothermie, 4 000 m2 d’agriculture urbaine dont 2 000 m2 de jardins cultivés). Il vise aussi à être labélisé Well Community, NF Habitat HQE et label E+C.

© Carta Associés

Concernant les logements, on notera que 70% d’entre eux sont traversant ou bi-orientés. La plupart des bétons employés pour la construction seront en béton clair (Béton Bas carbone), les menuiseries seront en bois ou en bois aluminium avec des socles en pierre.

© Anouk Matecki

Une touche artistique

L’artiste allemand Carsten construira une œuvre artistique majeure avec un budget correspondant à 1% du montant des travaux. Cette intervention aura pour objectif de créer un lien symbolique entre le merveilleux et les habitants du quartier. Un collectif d’artistes emmené par Eric Mangion est invité à concevoir une œuvre participative pendant la durée du chantier.

Le projet sera livré fin 2020 – début 2021

Actualité :

Plans et photos :

Fiche technique :

Livraison :

Chantier :

Concours :

2021

2018

2017

Budget :

Surface :

Surface de terrain :

0€

73 492

0

Entreprises du projet :

Projets similaires :