Tour Marseillaise par Jean Nouvel à Marseille

  • Fin 2014 : Début du chantier
  • Octobre 2018 : Date de livraison

L’architecte Pritzker Jean Nouvel a livré la nouvelle tour Marseillaise dans la cité phocéenne pour le compte du promoteur Constructa. Cette tour de 135 mètres pour 31 niveaux a été construite pour un montant de 113 millions d’euros HT par Vinci Construction. Cet hommage au hymne national et à la ville de Marseille totalise 39 560 m2 SHON.

© Michèle Clavel

Contexte et implantation sur les quais d’Arenc à Marseille

Ces dernières années, la ville de Marseille a livré de nombreuses réalisations emblématiques que ce soit le Mucem de Rudy Ricciotti, la rénovation du stade Vélodrome, et bien sûr tout l’aménagement d’Euromed menant de l’Ombrière de Norman Foster dans le Vieux-Port à la Tour CMA-CGM de Zaha Hadid. Démontrant ainsi que la ville était encore une terre d’architecture après l’époque de la Cité Radieuse du Corbusier ou des immeubles de Fernand Pouillon.

© Ateliers Jean Nouvel

La tour Marseillaise s’implante à l’extrémité des quais d’Arenc, à proximité des Docks de la Joliette (aujourd’hui Docks Village) qui est une remarquable réhabilitation d’une succession de bâtiments en pierre de 1858 ponctués de cours intérieures, achevée en 2015 par l’architecte Alfonso Femia. Si vous êtes de passage à Marseille, je vous recommande vivement d’y passer. C’est un détour obligé pour tous les architectes qui travaillent sur des programmes commerciaux. Bien entendu, on ne peut oublier sa tour voisine, la tour CMA-CGM de l’architecte Pritzker Zaha Hadid, décédée d’une crise cardiaque en 2016.

© Stéphane ABOUDARAM | WE ARE CONTENT(S)

À l’origine, ce quartier réputé comme difficile avait peu d’atouts, celui-ci est coincé entre deux bretelles d’autoroutes. Cependant, l’opération d’Euroméditérannée a permis d’y introduire un accès plus urbain, notamment avec l’arrivée du tramway. Toutefois, Marseille a encore beaucoup de progrès à faire en termes de transport urbain dont l’infrastructure est loin de celle de Lyon ou de Paris intramuros.

© Stéphane ABOUDARAM | WE ARE CONTENT(S)

L’aire d’Euromed accueillera à termes 4 tours en front de mer. Jean Nouvel explique « L’aînée est repérable depuis quelques années déjà, Zaha Hadid l’a conçue pour CMA CGM. Dans le sillage de ce premier signal, trois autres silhouettes se profilent, celles de la benjamine et de la cadette dessinées par Jean- Baptiste Pietri et Yves Lion offrent des appartements « pleine-belle-vue-sur-mer ». La grande sœur, la troisième, a pour ambition, elle, de faire travailler dans le ciel phocéen. Mon rôle est, paraît-il, de la doter d’un beau patrimoine génétique ! »

© Stéphane ABOUDARAM | WE ARE CONTENT(S)

Aujourd’hui, la tour Marseillaise est habitée par neuf entreprises, en premier lieu la Métropole d’Aix-Marseille Provence qui en occupent 14 plateaux de 1 200 m2, le promoteur Constructa s’est quant à lui réservé le plateau le plus haut de la tour, situé au 27ièmeétage. Tandis que le World Trade Center Marseille Provence dispose des derniers étages afin de permettre aux entreprises d’accueillir des réceptions avec un panorama d’exception sur la mer Méditerranée. Les étages intermédiaires sont occupés par Haribo, Sodexo, Orange, CEPAC, SwissLife et la SNEF. Les entreprises se partagent un restaurant inter-entreprises de 2 800 mètres carrés pouvant accueillir 1 500 couverts situés dans les deux premiers étages. Les services sont complétés par une crèche d’entreprise.

© Stéphane ABOUDARAM | WE ARE CONTENT(S)

Composition architecturale de Jean Nouvel

L’architecte Jean Nouvel n’aura pas eu besoin de participer à un concours d’architecture, le promoteur Constructa a en effet passé une commande directe auprès de l’architecte pour qu’il installe 35 000 m2 de bureaux. À ce sujet, le PDG du promoteur immobilier, Marc Pietri déclare : « On peut réconcilier architecture d’exception et rentabilité d’un projet, il faut faire confiance aux architectes, à la créativité, au beau. Ils sont les partenaires indispensables pour créer des projets à même de « marquer » au sens littéral du terme, un territoire ».

© Michèle Clavel

L’architecte qui s’est donné pour objectif de léger un morceau de patrimoine à la cité phocéenne commente : « Les plaisirs des tours sont liés à ceux du belvédère et aussi au sentiment d’appartenir à l’atmosphère… D’être à la fois à l’intérieur et à l’extérieur… À l’intérieur dans les brumes, dans la pluie ou dans la nuit un peu troublée… À l’extérieur quand le verre disparaît et qu’il ne reste qu’une trame mathématique ponctuée de tirets d’ombres et de lumières, les brise-soleils se confondant avec le plafond, les mêmes couleurs passant du dedans au dehors pour mieux brouiller, gommer la limite physique transparente des verres ».

© Ateliers Jean Nouvel

Parmi les éléments les plus délicats d’une tour, sa tête est sans doute l’exercice le plus difficile. Jean Nouvel a achevé la Marseillaise par un jardin terrasse coiffé d’une charpente métallique. La terrasse est plantée de pins méditerranéens qui viennent de Toscane. Leurs plantations à 130 mètres de haut a été très complexe, de plus, la présence des poutres métalliques n’a pas aidé la manutention.

27 nuances de Bleu, Blanc, Rouge

Non, il n’y en a pas 50, seulement 27 nuances de bleu, de blanc et de rouge. Une référence que les acteurs du projet expliquent par le bleu du ciel, le blanc des calanques et le rouge des toits de la ville. Bien entendu, il s’agit aussi du drapeau tricolore, dont l’influence française va jusqu’au nom de la tour.

© Michèle Clavel

Si bien souvent, les brise-soleils sont en aluminium, l’architecte Jean Nouvel a opté pour le BFUP (Béton Fibré à Ultra Haute Performance), solution également utilisée pour le Mucem. La coloration a été directement appliquée aux 3 850 pièces de béton Ductal. On notera que c’est la première fois que le Ductal est utilisé dans une façade étanche et réfractaire. Ce béton est généralement utilisé comme résille en plus de l’enveloppe du bâtiment. Les différentes pièces ont été teintées individuellement par des peintres au pied du chantier. Ce choix s’explique par les nombreuses nuances de couleurs qui devait être ensuite posées au bon endroit.

© Ateliers Jean Nouvel

L’architecte ne s’est pas contenté de colorer la façade. Le bleu, le blanc, le rouge se poursuivent à l’intérieur à travers la coloration des faux-plafond comme vous pouvez le voir avec le plan ci-dessous. L’objectif de l’architecte est de gommer le seuil entre intérieur et extérieur. Pour ce qui des murs, l’architecte a laissé apparent le béton brut, les trous résultants des cônes d’entretoisement des banches ont été bouchés avec du verre spécialement conçu par la dernière cristallerie active de France, celle de La Rochère dans les Vosges.

© Ateliers Jean Nouvel

Choix techniques et environnementaux de la tour Marseillaise

Botte Fondations a ancré la tour dans le sol phocéen à travers 83 pieux de 150 cm de diamètres pour 33 mètres de profondeur. Côté chiffres, la tour résulte de 1 700 tonnes d’acier, 2 450 tonnes de charpente métallique et 18 800 m3 de béton ; une structure dimensionnée par le bureau d’études Aedis.

© Ateliers Jean Nouvel

La circulation verticale est un enjeu fondamental lorsque l’on construit des tours, la tour marseillaise compte 15 ascenseurs. Ces derniers viennent s’insérer dans un noyau constitué de béton pour les porteurs verticaux et de planchers collaborant acier béton. Vous pouvez d’ailleurs voir l’évolution de la construction de la tour à travers la vidéo ci-dessous.

Du côté environnemental, la tour suit la labélisation HQE® Niveau excellent et LEED Gold. La tour Marseillaise est reliée à la centrale de géothermie marine Thassalia, ce qui est une première pour un IGH en France. Pour ce qui est de la climatisation, la tour s’insère dans une boucle d’eau qui capte la fraicheur directement dans l’eau dans la Méditerranée. Des panneaux solaires viennent compléter les apports énergétiques de l’IGH.

Actuarchi publie chaque jour les derniers projets d'architecture en France, abonnez-vous aux newsletters du site le plus complet dans le domaine de l'architecture.

  • Architecte : Ateliers Jean Nouvel
  • Maître d’ouvrage : Constructa
  • Équipe : Jean Nouvel, Aurélien Coulanges, Didier Brault, Alain Gvozdenovic, Nathalie Sasso, Vincent Delfaud, Chen Chen, Jean-Patrick Degrave, Katarina Dobrowolski, Patricia Fernandez, Laure Frachet, Sangmin Hyun, Carolina Oliveira, Pedro Rodriguez Dinis, Jeanne Autran, Luisa Caprio, Alice Dufourmantelle, Jean Saint-Pierre, Beryl Monnot
  • Images de synthèses : Ateliers Jean Nouvel + Golem (Projet)
  • Graphisme : Rafaëlle Ishkinazi, Natalie Saccu de Franci, Élise Taponier, Clio Zancanella
  • Construction : Vinci Construction France
  • Architectes locaux : Tangram Architectes
  • BET Structure : Aedis
  • BET Fluides : Alto Ingénierie
  • BET QEB : Alto Ingénierie
  • BET Façades : Arcora
  • Acousticien : Avel
  • Sécurité : Casso
  • CVCD : Crudeli
  • BET Électricité : Snef
  • Ascensoriste : Kone
  • Entreprise de fondations : Botte Fondations
  • Façadier : Ouest Alu
  • Entreprise de charpente métallique URSA
  • Entreprises de faux-plafond : MBA et Art Deco
  • Entreprise de faux-plancher : Lindner
  • Occupants de la Tour Marseillaise : Constructa, Métropole Aix-Marseille-Provence, Haribo, Sodexo, Orange, Cepac, Swiss Life REIM, STEIR, et le World Trade Center Marseille Provence

 

Choix techniques :

Certification :

Surface du terrain :

Surface du projet :

Budget :

Localisation :

Cliquez sur les fabricants des produits et matériaux du projet pour mieux les connaître :

Cliquez sur les entreprises du projet pour mieux les connaître :

Lancez la galerie du projet en cliquant sur les images :