U-Care à Paris par DVVD architectes-ingénieurs et DATA architectes

Lauréat fin septembre, l’agence DVVD architectes-ingénieurs réalisera avec DATA architectes le projet U-Care pour le compte d’Altarea Cogedim. L’équipe de promoteur-concepteur était en compétition face à trois autres équipes qui étaient : Coffim, Demathieu Bard avec l’agence Bruther et TVK ; Bouygues Immobilier avec CAAU et Moreau-Kusunoki ; Arc et Giboire avec Christophe Rousselle et Exploration architecture.

© Yam Studio

Les études de conception s’achèveront au troisième trimestre 2019, tandis que le chantier débutera au premier trimestre 2020 pour une livraison au premier trimestre 2023.

Contexte et implantation d’U-Care

Le projet U-Care s’implante sur l’îlot T6B de la ZAC Paris Rive Gauche. L’enjeu urbanistique est de créer un socle qui permet de coudre les deux tissus urbains autrefois séparés par les voies ferrées. Autrement dit, construire un trait d’union entre la BNF (Bibliothèque Nationale de France) et la Station F (le plus grand incubateur de France).

© Yam Studio

Question programme, le projet prévoit 11 600 m2 de logements en accession et libres complétés par 2200 m2 d’activités tertiaires en lien avec la santé et la medtech sur une parcelle de 2 850 m2.

Composition architecturale

Le projet s’implante en suivant la forme d’un U. Celui-ci est fendu en partie haute sur l’Avenue de France laissant apparaître deux volumes aux façades légèrement différentes. Au Sud, du côté du jardin ouvert, les étages sont achevés par des balcons en retrait diminuant ainsi l’importance de la façade vis-à-vis de la Station F dont la hauteur est bien inférieure.

© Yam Studio

Le socle du bâtiment accueille les quatre équipements du projet, chacun à un angle différent. Outre ses équipements, les locaux vélo et les halls d’entrées complèteront le rez-de-chaussée de l’immeuble. La médiathèque Mk2 profite d’une extension qui accueillera un pôle dédié à la réalité virtuelle dans la santé et l’e-sport. Altarea Cogedim a aussi programmé une agora qui s’annexera à l’espace Mk2 afin de recevoir des colloques ou des formations.

 

Le socle est complété par le cabinet médical IPSO Santé dont l’accès permettra aux patients et aux habitants de profiter d’un jardin thérapeutique. Enfin, l’école Webforce3 spécialisée dans l’enseignement des métiers du web avec une orientation santé complètera l’offre medtech du projet. Le socle sur deux niveaux s’achèvera avec un marché alimentaire et du restaurant bistronomique Terroirs d’Avenir.

Des logements évolutifs avec des espaces partagés

Six espaces partagés viendront occupés les étages d’U-Care. Au menu de ces lieux, un atelier de bricolage, un atelier de jardinage, une salle de repos (méditation, yoga) ainsi qu’une chambre d’appoint pour la réception d’invités.

© Yam Studio

On notera que les grands logements proposés (T5 et T4) ont été conçus de manière à pouvoir se scinder en deux appartements, respectivement en T3 +T2 et T3+T1. L’objectif étant de concevoir des logements pour des familles qui pourront louer ou revendre l’espace inoccupé lors de l’autonomie de leurs enfants. Le mobilier sera en outre conçu sur-mesure afin de faciliter le télétravail.

Un bâtiment-pont enjambant les voies SNCF

La construction est un bâtiment pont qui enjambera les voies ferrées menant à la gare d’Austerlitz. Comme vous pouvez le voir sur la perspective ci-dessous, le bâtiment U-Care repose sur six grandes poutres métalliques en treillis (poutres Warren). Cet ouvrage de génie civil, appelé Crash Deck, relie deux files d’appuis constitués de chevêtres en béton armé. La structure métallique sera liaisonnée par des prédalles.

© DVA, DVVD

Les architectes de DVVD questionnés par Actuarchi commentent : « Le bois présente un intérêt majeur pour son efficacité structurelle mais surtout pour une parcelle présentant des contraintes de franchissement aussi forte où il faut être le plus léger possible et utiliser autant que possible la préfabrication ». La structure en bois massif sera contreventée par les noyaux de circulation verticales en béton. La descente de charges est assurée par trois files de poteaux, deux en rives et une au centre, soit une portée de 7,20 mètres. L ’emplacement des poteaux a été déterminé en fonction de la structure métallique afin d’assurer une décentes de charges la plus verticale que possible. Les poteaux en bois, qui suivent un espacement de 3,80 mètres en façade, seront reliés par des poutres métalliques (HEB220 pour les poutres primaires et IPE220 pour les poutres secondaires) qui réceptionneront les panneaux de CLT.

Choix environnementaux

Le projet U-Care vise plusieurs labelisations (BEPos+ Eiffinergie 2017, Biodiversity et obtiendra 8 étoiles au NF Habitat HQE). Du point de vue carbone, le projet U-Care sera classé E+C-, avec un premier calcul confirmant un objectif énergétique E3.

© DVA, DVVD

Pour être précis, les architectes de DVVD nous indiquent que : « Le bilan en énergie primaire de 48.90kWhEP/m².an est compensé pour 12.10kWhEP/m².an par la production photovoltaïque. Le taux de couverture de 50% d’énergie renouvelable dans le CPCU est pris en compte. A cette consommation on ajoute les postes de consommation spécifiques, établis selon les références pour un total de 77.19 kWhEP/m².an. La consommation globale résultante est de 102.59 kWhEP/m².an, soit inférieure de 4.2kWhEP/m².an à la valeur maximale Bilan BEPOS,max,3  de 106.79 kWhEP/m².an ».

Côté génie climatique, une production photovoltaïque de 300 m2 s’installera en toiture, le bâtiment sera relié au réseau de chaleur. La chaleur des eaux grises sera valorisée à travers une pompe à chaleur. Enfin, concernant l’isolation, la structure bois est remplie d’isolation, celle-ci sera complétée par une isolation rapportée.

Une réponse à l’aspiration de la société au bien-être.

Aujourd’hui, les salles de fitness de démultiplient, les enseignes bio se démocratisent avec les acteurs de la grande distribution historique comme Carrefour, les wearables comme Withings ou l’Apple Watch ne cessent de se vendre. L’aspiration de la société à mieux vivre, mieux manger se traduit aussi dans le désir de mieux se loger, ce qui sous-entend aux acteurs immobiliers de mieux construire. Le projet U-Care se veut être une réponse à ce nouvel enjeu sociétal.

© Yam Studio

« Nous remercions la SEMAPA pour la confiance qu’ils ont accordée à notre Groupe et nous sommes honorés de proposer un projet qui prolongera la réussite urbaine du quartier Tolbiac-Chevaleret. Dans l’esprit insufflé par ‘Réinventer Paris’, nous avons réuni un groupement pluridisciplinaire, riche de multiples expertises pour relever le défi technique et innovant propre à U-CARE. La méthode Urban Care nous a aidé à donner sens aux 23 innovations programmatiques, architecturales et techniques de U-CARE. Ces innovations, et les synergies qui en découlent, forment le creuset qui permettra d’engendrer une ville à hauteur d’hommes, ouverte sur les territoires, leurs écosystèmes et leurs habitants » se félicite Laurence Beardsley, Présidente de Cogedim Paris Métropole.

Actualité du projet

  • Fin septembre 2018 : Désignation du lauréat
  • 3ème trimestre 2019 : Fin des études
  • 1er trimestre 2020 : Début des travaux
  • 2ème trimestre 2022 : Fin des travaux
  • 1er trimestre 2023 : Date de livraison

Galerie du projet :

Répartition des missions par entreprise :

  • Architecte : DVVD architectes-ingénieurs
  • Maître d’ouvrage : Altarea Cogedim
  • Architecte associé : DATA architectes, DVA
  • BET : Ingérop ingenierie, Kern, Elements Ingenierie, Alto Ingenierie
  • Acousticien : Lamoureux Acoustics
  • Paysagistes : Atelier Georges
  • Création digitale : 1024 architecture
  • Infographiste : YAM

Informations sur le projet

Date de livraison :

2023

Budget :

0€

Début de chantier :

2020

Surface en m2 :

13 800

Date de concours :

2018

Surface de terrain :

2 850

Techniques et matériaux

Certifications :

Aucun fabricant ne s'est manifesté sur ce projet. Contactez-nous pour les ajouter gratuitement.